Se connecter
ou
Enregistrez-vous et commencez à vous améliorer maintenant

ou
* En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

Entraînez votre cerveau sérieusement

Notre cerveau, toujours présent, toujours à l'écoute, toujours en apprentissage, obéissant à chacune de nos commandes, résolvant tous nos problèmes, contribuant à nos émotions et désirs, se souvenant de nos joies et nos peines ; notre cerveau est notre meilleur ami. Pourtant, les conditions environnementales telles que l'abus de stress, la dépression, les drogues et autres substances, les troubles neurologiques tels que les troubles de l'apprentissage, la sclérose en plaques et la maladie d'Alzheimer ainsi que les conditions de développement tels que le vieillissement, peuvent nuire à la capacité du cerveau à assister, à raisonner, à apprendre ou à se souvenir. En dépit de nos technologies de pointe et des niveaux d'éducation en hausse, le déclin cognitif ou la diminution de la fonction cognitive est de plus en plus observée à tous âges et peut être le résultat, non seulement des déficiences développementales ou neurologiques, mais aussi d'abus de drogues et de médicaments, de l'obésité et du manque d'activité aérobique. Parce que le déclin cognitif affecte les performances des tâches quotidiennes, y compris la productivité à la maison, à l'école et au travail, les chercheurs tentent de préserver ou d'améliorer la fonction cognitive en utilisant des approches d'enrichissement intensifiant l'expérience de l'apprentissage. Leurs démarches s'appuient sur les nombreuses preuves scientifiques du potentiel de la plasticité neuronale et cognitive du cerveau. Une telle forme d'enrichissement est l'entraînement cognitif, ou comme on l'appelle parfois l'entraînement cérébral. L'entraînement cérébral, l'entraînement systématique de la capacité cognitive, vise à préserver, améliorer ou développer les capacités cognitives comme la mémoire, le contrôle des fonctions exécutives, la coordination autant que l'entraînement physique développe la force musculaire ou la flexibilité. Selon l'état, l'entraînement cérébral peut être pratiqué isolément ou en combinaison avec des médicaments.

La littérature sur l'entraînement cognitif recommande que, pour être plus efficace, l'entraînement cognitif devrait être doté d'une base théorique scientifique solide. Les processus entraînés doivent être fermement ancrés dans la théorie scientifique du développement cognitif de l'homme tout au long de la vie. Par exemple, un programme d'entraînement cérébral pour les personnes âgées devrait tenir compte de la théorie de la vitesse de traitement, qui stipule un ralentissement de la perception générale et du traitement avec l'âge, et de la théorie du contrôle exécutif, qui revendique un déclin des capacités fluides telles que l'attention, l'inhibition , le changement de tâche et la mémoire de travail.

Entraînez votre cerveau sérieusement

Une deuxième exigence stipulée par les chercheurs est que le programme d'entraînement cognitif doit utiliser une approche personnalisée de l'apprentissage, sous la forme d'un système d'entraînement qui s'adapte en fonction de la performance de l'individu. Les études ayant utilisé à un tel système d'entraînement montrent que lorsque un mécanisme de rétroaction adaptative est mis en place pendant l'entraînement, alors la fonction cognitive pourrait être améliorée de manière significative. La recherche indique que pour améliorer les performances et maximiser l'entraînement induit par l'apprentissage, le feedback doit être donné à la personne entraînée en temps opportun, facilement compréhensible et applicable à la performance en cours sur la tâche à accomplir.

Un objectif important de l'entraînement cognitif est de permettre une plus grande facilité dans l'exécution de tâches du monde réel telles que la conduite, la régulation des finances, la gestion de la prise de médicaments et le maintien de l'interaction sociale. Parce qu'un grand nombre de processus cognitifs opèrent de concert lors de l'exécution des tâches dans le monde réel, les chercheurs ont posé une troisième condition, à savoir concevoir des interventions multi-domaines d'apprentissage cognitif qui intègrent plusieurs processus cognitifs et ne sont pas limitées à un seul processus (par exemple, la mémoire ou la vitesse de traitement).

Lorsque ces trois exigences principales ont été rigoureusement mises en œuvre dans le développement d'un programme d'entraînement cérébral scientifiquement validé, des populations très diverses en ont grandement bénéficié. Ce programme d'entraînement cérébral a amélioré la capacité cognitive de personnes âgées saines. Il a amélioré la mémoire, l'attention et la vitesse de traitement chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Il a amélioré la vitesse de lecture et de compréhension de la lecture chez les personnes souffrant d'un handicap de lecture (dyslexie) et a amélioré la démarche et la mobilité chez les personnes à risque de chutes.

La science de l'entraînement du cerveau est un voyage passionnant propice aux découvertes et débats intensifs. Grâce une technologie toujours plus sophistiquée et une croissance des connaissances interdisciplinaires, nous explorons les meilleures conditions et circonstances pour conserver notre santé mentale à long-terme. Au long de ce voyage, nous observons l'activité cérébrale liée à l'entraînement du cerveau aux niveaux cellulaires et macro-cellulaire. Nous explorons la neurogenèse (la création de nouvelles cellules du cerveau) après l'entraînement cognitif. Nous observons les mécanismes compensatoires neuronales (régions intactes dans le cerveau destinées à apprendre les fonctions prises en charge par les régions du cerveau avec facultés affaiblies) se développer après les séances d'entraînement cérébral et cette connaissance augmentera. Nous savons aujourd'hui que l'entraînement cognitif est propice à des niveaux plus élevés de réserve cognitive, connaissances accumulées et expérience d'un cerveau actif, et constitue un puissant facteur de protection contre le déclin cognitif. Dans l'avenir nous allons étendre cette connaissance et cibler les zones plus spécifiques du cerveau et des conditions neurologiques.

Mais l'avenir de la recherche en entraînement cérébral abordera d'autres questions importantes pour l'humanité. Par exemple se demander si le cerveau humain peut être entraîné, non seulement pour préserver et promouvoir la fonction cognitive, mais aussi pour la résilience émotionnelle et sociale. Ou bien si le cerveau peuvt être entraîné pour faire la différence entre le bien et le mal, la paix et à la violence, la justice et l'injustice. Ou encore si le cerveau peut être entraîné pour aimer ou détester, s'accorder ou s'opposer. Les débats dans l'éducation, la philosophie et l'éthique s'épanouieront dès lors que l'entraînement cérébral sera instauré dans le système scolaire et ciblera, non seulement une santé mentale et intellectuelle optimale, mais aussi l'assimilation de valeurs sociales et morales.

Veuillez entrer votre adresse email