Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous
loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_Percepcion_social_picture
  • Accédez à cette évaluation cognitive.

  • Évaluez votre niveau de perception et d'autres fonctions cérébrales.

  • Exercices cliniques visant à stimuler et renforcer votre perception et d'autres habiletés cognitives. Essayez-le !

loading

Qu'est-ce que la Perception ?

La perception peut être définie comme la capacité à capter, traiter et donner un sens à l'information retenue par nos sens. La perception est par conséquent le processus cognitif qui nous permet d'interpréter notre environnement à l'aide des stimuli que nous captons grâce aux organes sensoriels. Cette capacité cognitive est essentielle étant donné que nous l'utilisons au quotidien. Heureusement, nous pouvons améliorer la perception grâce à un entraînement cognitif car la perception est un processus actif. Nous ne sommes pas des êtres passifs, limités à un traitement ascendant ou Bottom-Up (guidé par les stimuli qui arrivent à nos stimuli), en effet, nous interprétons également l'information grâce à un traitement descendant ou Top-Down (nous avons des attentes importantes qui dirigent notre perception).

Types de perception et Neuroanatomie

La perception est un processus complexe qui nous permet d'évoluer avec ce qui nous entoure. Elle est normalement divisée en cinq sens :

  • La vue ou perception visuelle : Capacité à interpréter l'information que la lumière du spectre visible transmet à nos yeux. La zone du cerveau chargée des stades basiques de la perception visuelle est celle du cortex occipital (cortex visuel primaire V1 et cortez visuel secondaire V2)
  • L'Ouïe ou perception auditive : Capacité à recevoir et interpréter l'information qui arrive à nos oreilles grâce aux ondes de la fréquence audible transmisent par l'aire ou un autre moyen (son). La zone du cerveau chargée des stades basiques de la perception auditive est celle du lobe temporel (Cortex auditif primaire A1 et Cortex auditif secondaire A2).
  • Le Toucher, perception tactile, somesthésique ou haptique : Capacité à interpréter une information de pression et de vibration reçue sur notre peau. La zone du cerveau chargée des stades basiques de la perception haptique est celle du lobe pariétal (Cortex somatosensoriel primaire S1 et le cortex somatosensoriel cérébrales S2).
  • L'odorat ou la perception olfactive : Capacité à interpréter l'information des substances chimiques dissoutes dans l'air (odeur). Les zones du cerveau chargées des stades basiques de la perception olfactive sont le bulbe olfactif (cortex olfactif primaire) et le cortex piriforme (cortex olfactif secondaire).
  • Le goût ou perception gustative : Capacité à interpréter l'information des substances chimiques dissoutes dans la salive (saveur). Les zones du cerveau chargées des stades basiques de la perception gustative sont les zones gustatives primaires G1 (Circonvolution post-central inférieur, lobe pariétal ventral, insula antérieur, opercule fronto-pariétal médial) et les zones gustatives secondaires G2 (cortex orbitofrontal caudolateral et le cortex cingulaire antérieur).

Autres types de perception

En plus des sens classiques, nous savons aujourd'hui qu'il existe d'autres types de perception :

  • Perception spatiale : Capacité à être conscient de la relation que nous avons avec l'environnement qui nous entoure. Celle-ci est reliée à la perception visuelle, haptique et kinesthésique.
  • Perception de la forme : Capacité à extraire des informations quant aux limites et à l'aspect d'une entité à partir de son contour et contraste. Celle-ci est reliée à la perception visuelle et haptique.
  • Perception vestibulaire ou de l'équilibre : Capacité à interpréter la force de la gravité selon la position relative de notre tête par rapport au sol. Elle nous aide à maintenir l'équilibre et à contrôle notre posture. Elle est associée à la perception auditive.
  • Thermoception, thermoréception ou perception thermique : Capacité à interpréter la température sur la peau. Elle est associée à la perception haptique.
  • Nociception ou perception de la douleur : Capacité à interpréter les stimuli de température très élevée ou très basse, la présence de substances chimiques néfastes ainsi que les stimuli de haute pression. Elle est liée à la perception haptique et à la thermoception.
  • Démangeaisons ou perception de picotements : Capacité à interpréter les stimuli urticants sur la superficie de tissus corporels. Elle est liée à la perception haptique.
  • Proprioception : Capacité à interpréter l'information de la position et de l'état de nos muscles et tendons, ce qui nous permet de savoir où se trouve chaque zone de notre corps et dans quelle position nous nous trouvons. Elle est liée à la perception vestibulaire et haptique.
  • Intéroception, cénesthésie ou perception cénesthésique : Capacité à interpréter les sensations qui indiquent l'état de nos organes internes.
  • Perception temporelle : Capacité à interpréter les changements de stimulations, afin de les organiser dans le temps.
  • Perception cénesthésique ou kinesthésique : Capacité à interpréter l'information quant aux mouvements et la vitesse dans notre environnement ou sur notre propre corps. Elle est liée à la perception visuelle, spatiale, temporelle, haptique, interoceptive, proprioceptive et vestibulaire.
  • Perception esthétique : Capacité à interpréter les substances chimiques dissoutes dans la salive qui codifient des saveurs fortes. Elle est liée à la perception gustative.
  • Perception du champ magnétique ou magnétoréception : Capacité à interpréter l'information des champs magnétiques. Ce sens est plus développé chez certains animaux comme les pigeons voyageurs. Néanmoins, nous avons découvert que les êtres humains ont un matériel magnétique dans les ethmoïde (os du crâne au niveau du nez), c'est pourquoi les hommes pourraient avoir une certaine capacité de magnétoréception.

Étapes de la perception

La perception n'est pas un processus unitaire, mené à bien de manière spontanée. En effet, il faut passer par plusieurs étapes pour avoir une bonne perception des stimuli. Par exemple, pour percevoir une information visuelle, il ne faut pas juste que la lumière qui reflète l'objet stimule les cellules réceptrices de notre rétine et envoie cette information aux zones visuelles du cerveau (bien que ce soit nécessaire). Étant donné que la perception est un processus actif, nous devons sélectionner, organiser et interpréter ladite information :

  • Sélection : La quantité de stimuli auxquels nous sommes exposés chaque jour dépasse notre capacité. C'est la raison pour laquelle nous devons filtrer et choisir quelle information nous devons percevoir. Cette sélection est menée à bien grâce à notre attention, expériences, besoins et préférences.
  • Organisation : Une fois que nous savons ce que nous devons percevoir, nous essayons de regrouper les stimuli pour qu'il soit plus facile de leur donner un sens. Il existe une synergie autour de la perception, étant donné que la perception d'un ensemble ne peut pas être réduite aux caractéristiques des stimuli séparés. Selon les Lois de la Gestalt, l'organisation des stimuli n'est pas faite de manière tumultueuse, en effet, nous devons suivre des critères concrets.
  • Interprétation : Une fois que les stimuli sélectionnés sont organisés, nous leur donnons un sens, ce qui complète la perception de ces derniers. Une fois de plus, l'interprétation des stimuli est faite en fonction de l'expérience et des attentes de la personne.

Autres modèles gestaltiques

D'autres modèles gestaltiques soulignent le rôle de la personne dans la perception, et ceci en trois étapes :

  • Étape 1: Formulation d'une hypothèse par rapport à ce que nous allons percevoir. C'est ce qui permettra de guider la sélection, l'organisation et l'interprétation des stimuli.
  • Étape 2 : Entrée de l'information sensorielle.
  • Étape 3 : Vérification de l'hypothèse initiale avec l'information sensorielle reçue.

Exemples de perception

  • Il est essentiel de détecter à temps n'importe quel problème perceptif que puisse avoir un élève. En effet, cela permettra d'appliquer les moyens nécessaires pour que ce dernier ne perde pas d'informations auditives (ce que dit le professeur) et visuelles (le texte écrit au tableau ou dans les livres).
  • Une bonne perception permet aux employés de réaliser leur travail correctement. Les artistes sont un parfait exemple pour refléter l'importance de la perception dans le monde professionnel, même s'il est vrai que tout autre poste de travail demande d'une certaine manière un type de perception : éboueurs, chauffeurs de taxi, designers, policiers, caissiers, maçons...
  • Voir les stimuli sur la route, de même que les sons au sein du véhicule est essentiel pour une bonne conduite.
  • La perception nous permet d'évoluer dans notre environnement. Faire les courses, jouer aux jeux-video, cuisiner ou encore plier et ranger notre linge, sont des tâches qui nous obligent à utiliser nos sens.

L'agnosie et les autres troubles associés aux problèmes de la perception

Dans certaines circonstances, la perception peut ne pas refléter la réalité, sans que cela implique une pathologie spécifique. Ces "erreurs" de perception peuvent faire référence à une illusion ou à une hallucination. L'illusion fait référence à une interprétation erronée d'un stimulus externe réel. L'hallucination quant à elle fait référence à une perception erronée sans stimulus externe réel. Ces phénomènes peuvent se présenter sans aucune pathologie, et sont principalement provoqués par des caractéristiques physiologiques ou cognitives du système, ou encore dus à un état d'énervement (consommation de substance ou sommeil). Un exemple d'illusion pourrait être celui des fameuses illusions optiques (voir deux couleurs identiques de manière distincte, voir un mouvement sur une image statique, etc...). Les hallucinations les plus communes sont les hypnagogiques (lorsque nous nous endormons et percevons une forme, un son ou que nous avons la sensation que quelqu'un nous touche), les hypnopompiques (les mêmes sensations, mais lorsque nous nous réveillons) et celles provoquées par la consommation de drogues hallucinogènes (comme le LSD ou les champignons hallucinogènes qui ont tendance à provoquer des hallucinations plus fortes). Toutefois, les illusions et hallucinations peuvent également être pathologiques, lorsqu'elles sont liées à la schizophrénie, à des moments de psychose, et des idées délirantes.

La perception peut également être altérée après un endommagement des organes sensoriels (par exemple, un coup à l’œil), au niveau des voies qui conduisent l'information sensorielle vers le cerveau (par exemple, un glaucome ) ou au niveau des zones cérébrales chargées de la perception (par exemple, une lésion au niveau du cortex occipital). Un endommagement au niveau de n'importe quel de ces trois points va altérer la perception normale des stimuli.

L'Agnosie est l'un des troubles les plus communs de la perception. Ce trouble entraîne des difficultés pour diriger et contrôler la perception, ainsi que notre conduite de manière générale. Il en existe plusieurs types : Agnosie visuelle perceptive (nous pouvons voir les parties d'un objet, mais nous n'arrivons pas à comprendre l'objet dans son ensemble) et Agnosie visuelle associative (nous pouvons comprendre l'objet comme un tout, mais ne pouvons pas identifier de quel objet il s'agit). Il est difficile de comprendre la perception des personnes atteintes de ce trouble, car même si elles voient correctement, leur sensation est celle d'un non-voyant. Par ailleurs, il existe des troubles encore plus spécifiques, comme l'Akinétopsie (incapacité à percevoir le mouvement), Achromatopsie (absence totale de vision des couleurs), Prosopagnosie (trouble de la reconnaissance des visages familiers), Agnosie auditive (incapacité à reconnaître un objet grâce à l'ouïe, et lorsqu'il s'agit d'une information verbale, la personne souffrant d'agnosie, ne reconnaît pas le langage comme tel), Amusie (incapacité à reconnaître ou reproduire des notes ou rythmes musicaux). Ces troubles sont provoqués par des dommages cérébraux, que ce soit un ictus, un traumatisme crânien ou, encore une maladie neurodégénérative.

Comment mesurer et évaluer la perception ?

Évaluer la perception peut être d'une grande aide dans plusieurs domaines : dans le domaine académique (pour savoir si un élève va avoir besoin d'une aide supplémentaire pour retenir toute l'information en classe) dans le domaine de la santé (pour savoir si un patient va avoir des problèmes pour évoluer correctement dans son environnement) ou dans le domaine professionnel (pour savoir si un employé va avoir besoin d'un soutien supplémentaire en raison d'un problème de perception).

Grâce à une évaluation neuropsychologique complète nous pouvons évaluer de manière efficace et fiable la perception ainsi que d'autres habiletés cognitives.

Les tests de CogniFit permettant d'évaluer ces habiletés cognitives sont basés sur les test suivants : Test de Stroop, Test de Variables of Attention (TOVA), Test of Memory Malingering (TOMM), Continous Performance Test (CPT), Hooper Visual Organisation Task (VOT) et le test NEPSY (de Korkman, Kirk et Kemp, 1998). En plus de la perception, ces tests permettent également d'évaluer la dénomination, la mémoire contextuelle, le temps de réponse, la mémoire de travail, l'actualisation, la mémoire visuelle, la vitesse de traitement, l'attention partagée, l'attention focalisée, la coordination œil-main, la flexibilité cognitive, l'inhibition et le balayage visuel.

  • Test d'Identification COM-NAM : Des objets vont être présentés sous forme d'images ou de sons. Vous devrez indiquer sous quel format (image ou son) est apparu l'objet la dernière fois ou s'il n'est pas encore apparu.
  • Test de Recherche REST-COM : Vous verrez apparaître des objets durant un bref instant. Vous devrez sélectionner le mot qui correspond à l'objet présenté le plus rapidement possible.
  • Test de Décodage VIPER-NAM : Vous verrez apparaître des images d'objets à l'écran durant un bref instant avant de disparaître. Ensuite apparaîtront quatre lettres, seule une correspondra à la première lettre du nom de l'objet, ce sera la lettre "objectif". Vous devrez effectuer cet exercice le plus rapidement possible.
  • Test de Programmation VIPER-PLAN : Il consiste à faire sortir une balle d'un labyrinthe en faisant le moins de mouvements possibles et aussi vite que possible.
  • Test de Concentration VISMEM-PLAN : Vous verrez apparaître des stimuli à l'écran. Vous devrez être attentif aussi bien aux sons qu'aux images illuminées. Les stimuli s'illumineront en suivant un ordre précis. Vous devrez vous souvenir de l'ordre dans lequel les stimuli sont apparus pour ensuite les reproduire dans le même ordre que la présentation.
  • Test de Rapidité REST-HECOOR : Un carré bleu apparaîtra à l'écran. Vous devrez cliquer aussi vite que possible sur le bouton placé au centre du carré. Plus vous cliquerez sur le bouton dans le temps imparti, plus les résultats seront bons.
  • Test de Reconnaissance WOM-REST : Vous verrez apparaître trois objets communs à l'écran. Tout d'abord, vous devrez vous souvenir de l'ordre de présentation des trois objets le plus rapidement possible. Ensuite, vous verrez quatre séries de trois objets différents à ceux présentés ultérieurement. Vous devrez alors détecter la séquence initiale.
  • Test de Résolution REST-SPER : Vous verrez apparaître plusieurs stimuli en mouvement. Vous devrez cliquer sur les stimuli "objectifs" aussi vite que possible tout en évitant les stimuli "intrus".

Composants de la Perception

Comment réhabiliter ou améliorer la perception ?

Toutes les habiletés cognitives, dont la perception, peuvent être entraînées pour améliorer leur rendement. CogniFit vous offre la possibilité d'y parvenir de manière professionnel.

La réhabilitation de la reconnaissance se base sur la plasticité cérébrale. CogniFit offre une batterie d'exercices cliniques conçus pour réhabiliter les problèmes de perception ainsi que ceux d'autres fonctions cognitives. Le cerveau et ses connexions de neurones se renforcent lorsqu'elles sont utilisées par des fonctions qui dépendent de ces connexions. Ainsi, si nous entraînons régulièrement notre perception, les connexions cérébrales des structures impliquées seront plus fortes. Ce qui fait que lorsque nous devrons utiliser notre perception, les connexions seront plus rapides et plus efficaces ce qui améliorera notre capacité.

CogniFit est composé d'une équipe de professionnels spécialisés dans l'étude de la plasticité synaptique et la neurogenèse. Cela a permis de créer un programme de stimulation cognitive personnalisé selon les besoins de chaque utilisateur. Ce programme commence par une évaluation précise de la perception ainsi que d'autres fonctions cognitives fondamentales. Selon les résultats obtenus lors de l'évaluation, le programme de stimulation cognitive de CogniFit offre de manière automatique un entraînement cognitif personnalisé afin de renforcer la perception ainsi que d'autres fonctions cognitives considérées nécessaires après l'évaluation.

Un entraînement adapté et constant est indispensable pour améliorer la perception. CogniFit dispose d'outils pour évaluer et réhabiliter ces fonctions cognitives. Pour une bonne stimulation, nous recommandons un entraînement de 15 minutes par jour et ceci deux à trois fois par semaine.

Vous pouvez accéder au programme via internet. Il existe une grande variété d'activités interactives sous forme de jeux amusants, lesquels peuvent être réalisés sur ordinateur. Après chaque séance, CogniFit présentera l'avancée de l'état cognitif sur un graphique.

Referencias: Evelyn Shatil, Jaroslava Mikulecká, Francesco Bellotti, Vladimír Burěs - Novel Television-Based Cognitive Training Improves Working Memory and Executive Function - PLoS ONE July 03, 2014. 10.1371/journal.pone.0101472 Korczyn AD, Peretz C, Aharonson V, et al. - Computer based cognitive training with CogniFit improved cognitive performance above the effect of classic computer games: prospective, randomized, double blind intervention study in the elderly. Alzheimer's & Dementia: The Journal of the Alzheimer's Association 2007; 3(3):S171. Peretz C, Korczyn AD, Shatil E, Aharonson V, Birnboim S, Giladi N. - Computer-Based, Personalized Cognitive Training versus Classical Computer Games: A Randomized Double-Blind Prospective Trial of Cognitive Stimulation - Neuroepidemiology 2011; 36:91-9. Korczyn AD, Peretz C, Aharonson V, et al. - Computer based cognitive training with CogniFit improved cognitive performance above the effect of classic computer games: prospective, randomized, double blind intervention study in the elderly. Alzheimer's & Dementia: The Journal of the Alzheimer's Association 2007; 3(3):S171. Shatil E, Korczyn AD, Peretzc C, et al. - Improving cognitive performance in elderly subjects using computerized cognitive training - Alzheimer's & Dementia: The Journal of the Alzheimer's Association 2008; 4(4):T492. Haimov I, Shatil E (2013) Cognitive Training Improves Sleep Quality and Cognitive Function among Older Adults with Insomnia. PLoS ONE 8(4): e61390. doi:10.1371/journal.pone.0061390 Thompson HJ, Demiris G, Rue T, Shatil E, Wilamowska K, Zaslavsky O, Reeder B. - Telemedicine Journal and E-health Date and Volume: 2011 Dec;17(10,):794-800. Epub 2011 Oct 19.

Veuillez entrer votre adresse email