Questions? Feedback? powered by Olark live chat software
Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous
loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_evaluacion_general_social_picture
  • Génère une batterie d'évaluation neuropsychologique complète en ligne.

  • Examine et mesure rigoureusement les fonctions cérébrales.

  • Identifie et évalue les altérations ou troubles cognitifs.

loading

La batterie d'évaluation cognitive (CAB, de l'anglais "Cognitive Assessment Battery") de CogniFit est un test neurocognitif complet conçu pour apporter des ressources aux professionnels de la santé. Grâce à cette batterie d'évaluation, le professionnel dispose d'un outil pour détecter les domaines cognitifs affaiblis chez les personnes atteintes ou non d'une pathologie. Cet outil utilise des tests cognitifs pour mesurer le niveau et l'état cognitifs de chaque utilisateur.

Cet outil neurocognitif permet d'évaluer un grand nombre de compétences cognitives liées aux fonctions exécutives. Il permet de mesurer avec précision le déclin cognitif et, via une série des tests cognitifs, de fournir une représentation de la fonction cognitive de l'utilisateur.

Les données et résultats collectés au cours de l'évaluation cognitive sont importants à la fois pour le professionnel et pour le patient. Ces résultats permettent aux deux acteurs de reconnaître et comprendre certains troubles du cerveau, altérations du comportement, blessures et troubles neurodéveloppementaux ou neurodégénératifs ; permettant ainsi au professionnel d'établir efficacement son diagnostic et d'aider le processus de traitement. L'évaluation neuropsychologique de CogniFit fait partie des fondations nécessaires pour identifier et surveiller l'intervention et la rééducation du patient.

L'évaluation neuropsychologique de CogniFit porte sur différents domaines cognitifs, chacun mesuré par plusieurs exercices évaluant les performances de l'utilisateur dans différents environnements neuropsychologiques. Les domaines cognitifs sont les suivants :

  • Domaine de la Mémoire : mémoire non-verbale, mémoire de travail, mémoire à court-terme, dénomination, mémoire visuelle à court-terme, mémoire auditive à court-terme et mémoire contextuelle.
  • Domaine de l'Attention : attention partagée, concentration, inhibition et actualisation.
  • Domaine de la Perception : perception spatiale, balayage visuel, perception visuelle, estimation, reconnaissance, et largeur du champ de vision.
  • Domaine de la Coordination : coordination motrice et temps de réaction.
  • Domaine du Raisonnement : vitesse de traitement, planification et adaptation.

Batterie d'exercices et tests pour l'évaluation cognitive

Exercices évaluant la mémoire de travail

Les exercices qui mesurent la mémoire de travail se basent sur le test de Conners classique, ou CPT [1]. Ces exercices utilisent une action simple pour effectuer une analyse et synthèse de l'informations afin de réaliser une activité. Ces exercices utilisent le cortex préfrontal, zone responsable des fonctions exécutives. Par ailleurs, il est essentiel de renforcer sa mémoire de travail car elle sert à manipuler et l'intégrer l'information nécessaire pour les tâches cognitives complexes, comme par exemple, résoudre des problèmes, maintenir une conversation, ou optimiser un raisonnement.

Les capacités cognitives évaluées sont : la mémoire de travail, la mémoire auditif à court-terme, la mémoire à court-terme, le temps de réaction, et la vitesse de traitement.

Exercices évaluant la mémoire à court-terme

Les tests qui mesurent la mémoire à court-terme s'appuient sur le test direct et indirect des chiffres de Wechsler Memory Scale (WMS) [2]. Ces exercices nécessitent de la concentration, de l'implication dans la tâche à exécuter et de la mémoire de travail. Pour observer précisément les détails d'une scène ou se rappeler de quelque chose pendant une courte durée, nous avons besoin que les régions du cerveau répondent de manière fluide, utilisant à la fois et en même temps les régions temporales et visuelles. Evaluer ce domaine aide le professionnel à observer la façon dont l'utilisateur apprend de nouvelles choses et comprend son environnement.

Les capacités cognitives évaluées sont : la mémoire à court-terme, la perception spatiale, la planification, la vitesse de traitement et la mémoire de travail.

Exercices évaluant la dénomination

Les tests évaluant la dénomination utilisent le test classique NEPSY de Korkman, Kirk et Kemp (1998) [3] comme test de référence. Ces types d'exercice utilisent d'autres compétences en même temps, comme l'intégrité des représentations sémantiques, la mémoire visuelle, et les fonctions linguistiques. Lorsque nous identifions un objet, nous devons être en mesure de rechercher le mot auquel il se rapporte au sein des mots stockés dans notre cerveau afin de recréer une image mentale en un seul mot.

Les capacités cognitives évaluées sont : la dénomination, la perception visuelle, le temps de réaction, la mémoire contextuelle et l'actualisation.

Exercices évaluant la mémoire visuelle à court-terme

Cette batterie s'appuie sur le test classique TOMM (Test of Memory Malingering) publié en 1996 [4]. La combinaison d'exercices aide l'utilisateur à se rappeler des informations externes sous la forme d'une image mentale. Ces exercices comprennent l'encodage, le stockage et la récupération des représentations mentales. Le cortex visuel est responsable de recevoir des informations et d'identifier l'objet que nous voyons depuis les régions sous-corticales. La mémoire visuelle étant indispensable au bon développement cognitif, plusieurs tests utiles peuvent évaluer son état.

Les capacités cognitives évaluées sont : la mémoire à court-terme, le temps de réaction, la mémoire de travail, le balayage visuel, la perception spatiale, la planification, la mémoire contextuelle, l'actualisation, la dénomination, et la mémoire visuelle à court-terme.

Exercices évaluant la mémoire auditive à court-terme

Le test de la mémoire auditive à court-terme s'appuie sur le test classique Rey Auditory Verbal Learning Test (RAVLT) de Rey (1964) [5]. Les tests mesurant la mémoire auditive ajustent la capacité de la personne à interpréter des stimuli auditifs. Cet exercice se penche sur le processus d'extraction du sens d'une information et sur la capacité à comprendre un message en vue d'effectuer l'action nécessaire.

Les capacités cognitives évaluées sont : la planification, la mémoire visuelle, la mémoire visuelle à court-terme, la mémoire à court-terme, la perception spatiale, le temps de réaction, la mémoire de travail et la vitesse de traitement.

Exercices évaluant la mémoire contextuelle

Les tests relatifs à la mémoire contextuelle s'appuient sur le test classique de la mémoire contextuelle, Toglia (1993) [6]. La détérioration de la mémoire contextuelle est associée au lobe frontal et n'est pas nécessairement liée à l'âge. L'exercice a pour but de rendre plus facile de se rappeler les différents aspects d'un événement, d'un objet, etc. En d'autres termes, il est plus facile de se rappeler les différents aspects d'un événement, objet, etc., et rappelez-vous plus tard comme un ensemble. L'exercice a pour but d'aider l'utilisateur à mémoriser plus facilement les différents aspects donnés d'un contexte, c'est-à-dire, la possibilité de se souvenir différents aspects d'un événement, puis de se le rappeler dans son ensemble, dans le contexte global.

Les capacités cognitives évaluées sont : la mémoire contextuelle, l'actualisation, la dénomination et le temps de réaction.

Exercices évaluant l'attention partagée

Ce test utilise le test classique de Stroop (Stroop, 1935) [7] comme base pour ses exercices. Il permet à l'utilisateur de pouvoir travailler sur deux stimuli en même temps, en contrôlant précisément l'exécution d'une nouvelle tâche. Quand il y a plus d'un canal sensoriel, l'attention est divisée. Si cette compétence n'est pas prête à recevoir deux stimuli en même temps, elle pourrait surcharger le cerveau et l'amener à se concentrer uniquement sur le stimulus le plus complexe. Lorsque vous recevez deux stimuli simultanément, commence alors une double "activation" située dans les deux hémisphères en même temps.

Les capacités cognitives évaluées sont : l'attention partagée, l'actualisation et la coordination motrice.

Exercices évaluant la concentration

Ce test s'appuie sur le test classique de CPT par Conners [1]. Le test a développé des procédures en vue de conserver son attention sur une tâche pendant une période de temps prolongée et d'orienter les efforts vers un stimulus pour obtenir des résultats spécifiques. En augmentant son niveau de concentration, la personne augmente son niveau productivité dans sa vie sociale et professionnelle.

Les capacités cognitives évaluées sont : la concentration, l'adaptation et l'inhibition.

Exercices évaluant l'inhibition

Ces tests s'appuient sur le test classique de Stroop (Stroop, 1935) [7]. Ce test est similaire au test de Stroop car il évalue les fonctions exécutives liées à la planification, l'inhibition, et à la concentration. Quand il y a plusieurs stimuli en même temps, le cerveau redirige son attention sur les plus pertinents, en ignorant ce qu'il estime être moins important. La vie quotidienne est pleine de stimulations, quelque soient leurs formes: bruits, voix, sons, ou toute sensation externe. C'est à ce moment que le cerveau doit faire la distinction entre les stimuli importants et ceux qui sont moins importants afin d'agir en conséquence.

Les capacités cognitives évaluées sont : l'inhibition, le temps de réaction, la vitesse de traitement, l'adaptation, la coordination motrice et l'actualisation.

Exercices évaluant l'actualisation

Le test original mesurant l'adaptation ou la flexibilité cognitive s'appuie sur le test classique de Wisconsin Card Sorting Test (WCST) [8]. Les tests ont pour but d'aider l'utilisateur moyen de s'adapter à de nouveaux environnements et situations. Il existe plusieurs façons de s'adapter à des événements, mais il y a un ensemble de processus cognitifs qui permettent de gérer et décider comment gérer un événement correctement. Nous devons renforcer ces ressources pour voir des changements. Apprendre à actualiser est possible à l'aide de la flexibilité et de l'adaptation, qui sont traitées par les connexions de nouveaux réseaux de neurones, appelés synapses. Les gens qui ont cette capacité sont plus en mesure d'apprendre de nouvelles compétences et de s'intégrer dans de nouveaux environnements plus facilement. L'objectif est que l'utilisateur puisse répondre aux changements facilement et de manière flexible, en s'adaptant volontiers à l'évolution des circonstances.

Les capacités cognitives évaluées sont : l'actualisation, le temps de réaction, la coordination motrice, l'adaptation et l'inhibition.

Exercices évaluant la planification

Les tests s'appuient sur plusieurs tests classiques, dont l'un est le test classique de la Tower of London, Shallice test (1982) [9]. Ces tests ont pour but d'aider l'utilisateur à prévoir un événement et s'y préparer. Ils sont destinés à aider à prendre des décisions, formuler des objectifs, distribuer le temps et les actions cognitives de façon productive et à tendre vers l'autorégulation. La zone responsable de la planification et la prise de décision est appelée le cortex frontal ventral, une région qui contrôle les processus complexes de la pensée. Par conséquent, en évaluant le niveau de planification du sujet, nous pouvons déterminer le niveau de détérioration de cette partie du cerveau, ce qui aide à prévenir la détérioration en planifiant des objectifs.

Les capacités cognitives évaluées sont : la planification la perception spatiale, la mémoire visuelle à court-terme et le balayage visuel.

Exercices évaluant l'adaptation

Le test mesurant l'adaptation et l'actualisation s'appuie sur le test Wisconsin Card Sorting Test (WCST) [8] et sur le test classique de Stroop (Stroop, 1935) [7] comme référence pour ces exercices. Ces derniers sont également conçus pour rediriger l'attention de l'utilisateur d'un canal d'information à un autre le plus rapidement possible et sans distractions, ce qui aide à changer le cours de l'action et à maintenir un rythme constant.

Les capacités cognitives évaluées sont : l'adaptation, l'attention partagée, la coordination motrice et l'actualisation.

Exercices évaluant la vitesse de traitement

Le test mesurant la vitesse de traitement s'appuie à la fois sur le test classique de Conners (CPT) [1] et sur le test de chiffres directs et indirects de Wechsler Memory Scale (WMS) [2]. Le test de vitesse de traitement a été fait pour améliorer automatiquement la capacité à traiter le flux d'informations. Plus vite vous pouvez traiter l'information et plus efficacement vous pouvez accepter de nouvelles informations. Traiter l'information consiste à recevoir l'information, la comprendre et y répondre. En cas de carence dans ce domaine, la capacité à prendre des décisions, les fonctions exécutives et la faculté à suivre des instructions seront affectés de manière significative.

Les capacités cognitives évaluées sont : la vitesse de traitement, la mémoire de travail et la mémoire visuelle à court-terme.

Exercices évaluant le balayage visuel

Cet exercice s'appuie sur le test classique de Hooper appelé Hooper Visual Organization Task (VOT) (1983) [10]. L'exercice de balayage visuel développe des facultés à trouver en très peu de temps, aussi efficacement que possible, des informations pertinentes. De plus, il mesure la la capacité d'organiser des stimuli visuels via le mouvement oculaire.

Les capacités cognitives évaluées sont : le balayage visuel, le temps de réaction, la coordination motrice, la planification, la perception spatiale et la mémoire de travail.

Exercices évaluant la coordination motrice

Ce test évalue la coordination entre les yeux et la main de l'utilisateur et s'appuie sur le test de Card Sorting Test de Wisconson (WCST) [8] et le test de Stroop [7] comme références. Les exercices évaluent la capacité neuromusculaire de l'utilisateur en sus de la coordination motrice ; permettant ainsi de coordonner les mouvements de la main avec l'accompagnement visuel d'un objet ou stimulus. L'utilisateur sera en mesure de contrôler la vitesse et intensité nécessaire sur les muscles responsable des mouvements de la main.

Les capacités cognitives évaluées sont : la coordination motrice, l'actualisation, l'adaptation et l'attention partagée.

Exercices évaluant le temps de réponse

Ces exercices sur le test classique mesurant le temps de réaction, le TOVA [11]. Les exercices mesurent la vitesse de réponse suivant l'apparition d'un stimulus simple. Le temps de réponse étant lié au traitement de l'information, ces deux processus conditionnent d'une certaine mesure l'apprentissage et l'attention. En évaluant ces compétences, le professionnel peut observer la capacité du sujet à résoudre des problèmes, prendre des décisions et assimiler une plus grande quantité d'information en peu de temps, en développant le correct fonctionnement des fonctions exécutives.

Les capacités cognitives évaluées sont : le temps de réaction, la mémoire de travail, le balayage visuel, la coordination motrice, l'inhibition, l'actualisation, la dénomination, la perception visuelle et la mémoire contextuelle.

Exercices évaluant la perception spatiale

Les exercices mesurant la perception spatiale s'appuient sur la combinaison de deux tests classiques, à savoir la Tower of London (TOL) et le Hooper Visual Organization Task (VOT) par Hooper (1983) [10]. Ces exercices peuvent accroître la capacité à développer le schéma corporel du sujet et à analyser les sensations spatiales nécessaires pour organiser et comprendre plus tard. En résumé, l'utilisateur doit être capable de se déplacer dans l'espace, d'être en mesure de s'orienter et d'analyser et décrire les situations.

Les capacités cognitives évaluées sont : la perception spatiale, le balayage visuel et la mémoire à court-terme.

Exercices évaluant la perception visuelle

Cet exercice s'appuie sur la méthode d'évaluation de la perception visuelle (DTVP) de Frosting (1961) [13] qui intègre la perception visuelle et visou-motrice ainsi que sur des notions complètes du test classique Korkman, Kirk et Kemp de 1998 (NEPSY) [3]. L'exercice a pour but d'évaluer, à travers les sens, le niveau de perception des images, sons et sensations. Cela permet à l'utilisateur de construire et interpréter l'information venant de l'extérieur.

Les capacités cognitives évaluées sont : la perception visuelle, la dénomination et le temps de réaction.

Exercices évaluant la reconnaissance

Ce test s'appuie sur les tests classiques de Conners (CPT) [1] et TOMM (Test of Memory Malingering) [4]. Au cours de cet exercice, l'utilisateur est amené à évaluer sa capacité à récupérer des informations du passé et reconnaître des événements, des lieux ou des objets du présent. Par conséquent, la mémoire de l'utilisateur s'évalue au travers de sa capacité à coder et stocker l'information.

Les capacités cognitives évaluées sont la reconnaissance, le temps de réaction, la mémoire de travail, le balayage visuel et la perception spatiale.

Exercices évaluant l'estimation

L'estimation est la capacité de déterminer un avenir proche probable. Elle se mesure à l'aide de plusieurs exercices évaluant exclusivement l'estimation et la capacité de faire une approximation.

Les capacités cognitives évaluées sont : l'estimation.

Exercices évaluant la mémoire non-verbale

Cet exercice s'appuie sur les tests classiques de Korkman, Kirk, and Kemp de 1998 (NEPSY) [3] et de simulation de mémoire (TOMM) [4]. La mémoire non-verbale permet de stocker et récupérer des représentations mentales conservées dans nos sens. La mémoire non-verbale tend à être affectée lorsque l'hémisphère droit est endommagé. Le test évalue la capacité à stocker temporairement des informations non-verbales ainsi que les capacités vision-spatiales destinées à consolider les informations.

Les capacités cognitives évaluées sont la mémoire non-verbale, la dénomination, la mémoire contextuelle, l'actualisation, le temps de réaction, la mémoire de travail, la mémoire visuelle, la perception visuelle, la reconnaissance et la vitesse de traitement.

Exercices évaluant la largeur du champ de vision

Cet exercice s'appuie sur le test Useful Field of Vision (UFOV). L'exercice mesure la quantité d'informations que nous pouvons voir lorsque nous regardons attentivement un point, c'est-à-dire tout se que l'on peut voir au delà de l'objet objet en son centre. C'est pourquoi l'exercice tente de mesurer tout ce que l'on peut détecter au-dessus, en dessous et sur les côtés tout en regardant un objet particulier. Il est également possible d'observer et d'évaluer la vitesse visuel nécessaire à l'utilisateur pour détecter un stimulus.

Les capacités cognitives évaluées sont la largeur du champ de vision

Processus de suivi

  • Durée : la batterie d'évaluation cognitive se fait en approximativement 40 minutes.
  • Points: automatisés.
  • Public cible : enfants (6 ans et plus) et adultes.
  • Résultats: personnalisés.

Domaines neuropsychologiques analysés

Documentation scientifique: batterie de tests validés

Cet outil se compose de groupes de tests scientifiquement validés [14] permettant d'évaluer des capacités cognitives. Cette batterie cognitive informatisée s'appuie sur les études les plus rigoureuses dans le domaine des neurosciences, produisant ainsi des résultats psychométriques très satisfaisants avec un coefficient alpha de Cronbach (cohérence interne) d'environ 0,9.

A l'issue de l'évaluation, le programme CogniFit crée un résumé des résultats pour l'ensemble des exercices et domaines cognitifs. Ces résultats permettent au professionnel ou à l'utilisateur de comprendre les niveaux cognitifs généraux et particuliers pour chaque domaine évalué au cours du test cognitif.

Les paragraphes suivants expliquent l'importance d'évaluer les différentes fonctions cognitives et indiquent les capacités devant être évaluées afin d'obtenir des résultats précis sur l'état cognitif de l'utilisateur.

MEMOIRE

La mémoire est l'une des aptitudes humaines les plus importantes. En effet, elle nous permet de stocker dans notre cerveau des représentations internes de la connaissance et de retenir des événements passés ou actuels. Ce processus se met en place suite à l'apprentissage, qui produit le codage de la mémoire temporaire dans les circuits neuronaux. La mémoire récupère les informations stockées et recrée les différentes situations. Sans mémoire, les expériences du passé seraient perdues.

L'hippocampe cérébral connaît différentes fonctions de mémoire. Cette zone doit être développée et renforcée pour améliorer la mémoire. A l'aide de la batterie d'évaluation cognitive (CAB) de CogniFit, vous découvrirez les domaines les plus détériorées et obtiendrez une aide spécifique pour améliorer ces domaines.

Les aptitudes qui constituent la mémoire et qui sont utilisées dans l'évaluation cognitive de CogniFit sont :

ATTENTION

L'attention est la capacité humaine qui accompagne chaque processus cognitif. Elle est responsable du traitement des informations provenant de stimuli externes ou internes et de l'affectation des ressources nécessaires pour permettre une bonne assimilation de l'environnement. Par ailleurs, l'attention influe directement sur d'autres processus cognitifs tels que la mémoire ou la perception.

L'attention est un mécanisme neuronal composé d'un ensemble de connexions neuronales à la fois corticales et sous-corticales qui se trouve principalement dans l'hémisphère droit. L'attention aide les êtres humains à réaliser de nombreuses fonctions de la vie quotidienne, comme par exemple se recentrer sur soi, filtrer our effacer les informations nous entourant, exercer d'autres fonctions cognitives telles que la mémoire ou la perception.

Les aptitudes qui constituent l'attention et qui sont utilisées dans l'évaluation cognitive de CogniFit sont :

PERCEPTION

La perception correspond au domaine cognitif responsable de reconnaître et d'interpréter des stimuli sensoriels que nous recevons par nos sens. Nous utilisons la perception pour sentir les sensations et leur donner un sens et un ordre. L'information est d'abord reçue par nos sens, puis se transforme en un élément reconnu et interprété par notre conscience. Pour que ce processus s'effectue correctement, l'information externe doit nécessairement être assimilée et comprise.

La perception est un élément indispensable à l'être humain pour lui permettre d'analyser le monde qui l'entoure. Le processus de perception étant propre à chaque personne, il fait l'objet d'une interprétation, qui s'appuie principalement sur la mémoire.

Les aptitudes qui constituent la perception et qui sont utilisées dans l'évaluation cognitive de CogniFit sont :

COORDINATION

Lorsque l'on parle de coordination, on fait référence à la séquence d'éléments nécessaire pour réaliser une action globale. La coordination a pour but de générer des résultats suites à l'activation de différentes étapes comprises dans un processus visant un but précis.

La partie du cerveau responsable de la coordination est le cervelet. Ce dernier nous permet de recueillir correctement au sein de notre corps les informations externes. Il permet de maintenir l'unité et la cohérence entre les stimuli et la réalisation de l'action appropriée. Dans un premier temps, l'objectif est d'apprendre l'action, et dans un deuxième temps, d'automatiser l'action pour établir un réglage dans notre cerveau.

Les aptitudes qui constituent la coordination et qui sont utilisées dans l'évaluation cognitive de CogniFit sont :

RAISONNEMENT

Le raisonnement est le processus cognitif par lequel une personne organise et structure ses idées en vue de tirer une conclusion particulière. Le raisonnement permet à une personne d'afficher une cohérence interne de son discours et de sa pensée. La capacité à raisonner se compose d'un ensemble de phrases, comprenant un développement et une conclusion, suivant un fil les reliant entre elles et les rendant logiques. En d'autres termes, le raisonnement correspond à l'explication donnée par une personne sur un sujet particulier. Le raisonnement est utilisé avec la logique et la compréhension.

Pour une personne donnée, le raisonnement est un domaine important à évaluer car il contribue à mettre en valeur notre dialogue, établir des principes de classification, et identifier, trier et planifier nos idées et actions de manière logique.

Le raisonnement comprend les capacités cognitives suivantes, et sont calculées dans l'évaluation cognitive de CogniFit.

Ce sont les habiletés cognitives qui forment le raisonnement et qui sont calculées dans l'Evaluation Cognitive de Cognifit

Documentation scientifique

Chaque exercice de la batterie d'évaluation cognitive a été validé par une méthode scientifique basée sur des preuves aidant à offrir une évaluation efficace du cerveau et de l'état cognitif général.

Des études ont démontré que le programme CogniFit est hautement validé pour évaluer l'état cérébral et les fonctions cognitives . Il est par ailleurs conçu pour indiquer le niveau du cerveau et des domaines cognitifs de chaque utilisateur à partir de résultats exhaustifs.

L'objectif de la batterie est de fournir au professionnel et à l'utilisateur un outil d'évaluation cognitive. Cet outil indique les résultats moyens pour chacune des capacités cognitives mesurées au cours de l'évaluation cognitive initiale. L'évaluation met en évidence les domaines psychologiques forts et les faiblesses cognitives de chaque utilisateur.

Mesures et résultats des tests cognitifs

L'évaluation, comme indiquée ci-dessus, est composée d'un ensemble d'exercices. Chaque exercice commence par de courtes instructions pour guider l'utilisateur. Ce dernier doit les lire attentivement pour effectuer l'exercice correctement.

Lorsque l'utilisateur termine la batterie d'évaluation, le programme CogniFit obtient les résultats cognitifs généraux et spécifiques propres au niveau de l'utilisateur. De plus, le programme garantit une grande efficacité grâce à la supervision des résultats de l'utilisateur et ajuste les exercices en temps réel.

Les résultats obtenus au cours de chaque évaluation sont comparés avec les percentile correspondant à chaque groupe d'âge. Autrement dit, l'âge est une variable importante pour conclure les résultats et donc l'utilisateur cognitivement.

Grâce à la présentation graphique des résultats, les professionnels peuvent obtenir une analyse complète du niveau cognitif de l'utilisateur. Cette analyse se présente sous la forme de graphiques et de tableaux afin de faciliter les conclusions du professionnel qui, conjointement avec son expérience, peut établir un diagnostic certain.

Les résultats des compétences dans les tableaux.

Dans cette première image, sont observées les domaines les plus développés (en vert), les domaines dans la moyenne (en jaune) et les domaines présentant des carences (en rouge) qui doivent faire l'objet d'une attention particulière. Si le professionnel ou l'utilisateur cliquent sur l'un de ces domaines, ils peuvent obtenir plus d'information sur ces résultats.

Représentations graphiques par rapport au reste de la population.
Représentations graphiques des résultats par rapport aux individus de la même tranche d'âge.

Dans la troisième et quatrième image, les résultats de l'utilisateur sont comparés au reste de la population de la même tranche d'âge . Présentés sous la forme d'une courbe de Gauss , les scores en haut de la courbe correspondent à la moyenne.

Evolution cognitive des résultats

Grâce à ce graphique, le professionnel peut voir l'évolution de l'état cognitif de la personne en fonction du nombre de séances. Vous constatez en premier que le score augmente au cours de la troisième séance, sous l'effet en raison de l'apprentissage des exercices. Cependant, au cous les des séances suivantes, les résultats s'ajustent et demeurent à un niveau inférieur. Cette altération des résultats est assez fréquente chez les utilisateurs.

Références

[1] Conners, C. K. (1989). Manual for Conners’ rating scales. North Tonawanda, NY: Multi-Health Systems.

[2] Wechsler, D. (1945). A standardized memory scale for clinical use. The Journal of Psychology: Interdisciplinary and Applied, 19(1), 87-95

[3] Korkman, M., Kirk, U., & Kemp, S (1998). NEPSY: A developmental neuropsychological assessment. Psychological Corporation. Korkman, M., Kirk, U., & Kemp, S (1998). Manual for the NEPSY. San Antonio, TX: Psychological corporation.

[4] Tombaugh, T. N. (1996). Test of memory malingering: TOMM. North Tonawanda, NY: Multi-Health Systems.

[5] Rey. Schmidt, M. (1994). Rey auditory verbal learning test: a handbook. Los Angeles: Western Psychological Services.

[6] Toglia, J. P. (1993). Contextual memory test. Tucson, AZ: Therapy Skill Builders.

[7] Stroop, J. R (1935). Studies of interference in serial verbal reactions. Journal of experimental psychology, 18(6), 643.

[8] Heaton, R. K. (1981). A manual for the Wisconsin card sorting test. Western Psycological Services.

[9] Shallice, T (1982). Specific impairments of planning. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 298(1089), 199-209.

[10] Hooper, E. H. (1983). Hooper visual organization test (VOT).

[11] Greenberg, L. M., Kindschi, C. L., & Corman, C. L. (1996). TOVA test of variables of attention: clinical guide. St. Paul, MN: TOVA Research Foundation.

[12] Asato, M. R., Sweeney, J. A., & Luna, B (2006). Cognitive processes in the development of TOL performance. Neuropsychologia, 44(12), 2259-2269.

[13]Goh, D. S., & Swerdlik, M. E. (1985). FROSTIG DEVELOPMENTAL TEST OF VISUAL PERCEPTION. Test critiques, 2, 293.

[14] Peretz C, Korczyn AD, Shatil E, Aharonson V, Birnboim S, Giladi N. - Computer-Based, Personalized Cognitive Training versus Classical Computer Games: A Randomized Double-Blind Prospective Trial of Cognitive Stimulation - Neuroepidemiology 2011; 36:91-9.

Veuillez entrer votre adresse email