Questions? Feedback? powered by Olark live chat software
Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous
loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_deterioro_cognitivo_social_picture

Détérioration Cogntive Faible

Maladie neurodégénérative : Aide à prévenir la détérioration cognitive

  • Accédez à notre plateforme en ligne pour aider à prévenir la détérioration cognitive.

  • Travaille toutes les zones cognitives à travers un entraînement spécialisé.

  • Observez vos résultats et comparez-les au reste de la population. Essayez-le!

loading

Mark Spencer, 72 ans, de Détroit, commence à oublier des choses importantes. Prendre des décisions le submerge et il a beaucoup de mal à planifier des tâches de sa vie quotidienne. Parfois, il se perd dans des lieux qu'il connaît bien. Quelquefoisd, il est incapable de suivre une conversation et de réfléchir calmement et raisonnablement. Son meilleur ami, Jim, et sa femme, Mira, se sont rendus compte de ces changements. L'état de Mark empre chaque jour mais il peut encore vivre une vie normal et indépendante. Cependant, il est de plus en plus préoccupé pour sa santé mentale et il est tombé en dépression.

Mark pourraît présenter des symptômes de détérioration cognitive faible (DCL), une maladie de détérioration cognitive qui, bien qu'elle n'affecte pas la capacité à maintenir une vie indépendante, elle est plus grave que le déclin cognitif qui caractérise le vieillessement normal. La DCL peut apparaître et se maintenir sans provoquer de conséquences durants des années. Néanmoins, presque 100% des personnes qui souffrent une détérioration cognitive faible finissent par développer la maladie d'Alzheimer. Dans d'autres cas, il a été démontré que la DCL s'améliore avec le temps. Les raisons de cette détérioration sont encore vagues mais l'analyse des autopsies indiquent que les cerveaux des personnes affectées ont été soumis à des changements biologiques similaires à ceux observer pour la maladie d'Alzheimer ; comme la formation de plaques et les enchevêtrements neurofibrillaires, les corps de Lewy et la perte de volume de l'hippocampe. Les études ont démontré une relation entre la détérioration cognitive faible et les accidents vasculaires faibles, la réduction du flux sanguin et l'usage de glucose. Les maladies comme le cholestérol élevé, le diabète, la pression artérielle élevée, le tabagisme, le manque d'exercice et le manque d'intéraction social ont également été associée à la DCL. Le facteur de risque principal pour la détérioration cognitif faible est avoir un âge avancé. Le deuxième facteur de risque est la présence du gène appellé APOE-e4. Il n'existe aucun médicament appouvé par la Food and Drug Administration pour traiter la DCL. Toutefois, les médecins et spécialistes peuvent parfois prescrire des médicaments utlisés pour la maladie d'Alzheimer.

Par chance, les recherches sur la prévention et la stabilisation de la DCL ont donné de grands résultats. A CogniFit, nous avons conçu un entraînement spécialisé pour les personnes âgées de plus de 55 ans. Ce programme agira comme complément pour prévenir une détérioration précoce. Grâce à de nombreuses études, nous avons pu prouver l'efficacité de cet entraînement pour nos utilisateurs. De plus, un article influent publié récemment dans Nature décrit des tests qui démontrent que l'exercice physique, l'entraînement cérébral, les relations sociales et un régime alimentaire sain permettent de réduire les risques de détérioration cognitive, détérioration cognitive faible ou démence. L'auteur analyse tout particulièrement les résultats des études scientifiques sur l'entraînement cérébral :

"Entraînement cérébral : des chercheurs canadiens ont utilisé une résonance magnétique fonctionnelle pour analyser l'activité cérébrale de 15 personnes avec une détérioration cognitive faible. Après un programme d'une semaine conçu pour apprendre aux participants de nouvelles stratégies de mémoire, plusieurs régions cérébrales additionnelles s'activent lors des tests de mémoire. Ce qui laisse penser que les zones intactes du cerveau ont été capables de se charger des zones endommagées. Les participants ont également obtenus de meilleurs résultats aux tests. De nombreuses études sur la stimulation cognitive et la démence utilisent des jeux informatiques conçus pour renforcer les habiletés mentales. De telles interventions d'entraînement cérébral donnent des résultats positifs sur les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer ou d'autres maladies du même type."

Il est essentiel de maintenir votre cerveau sain et entraîné à freiner sa détérioration le plus de temps possible. Car les personnes souffrant de détérioration cognitive faible ont une forte probabilité de souffrir par la suite des symptômes de démence et la maladie d'Alzheimer. Les mesures pour maintenir un cerveau sain sont par conséquent primordiales.

Références

Deweerdt, S. La actividad es la mejor medicina. ¿Pueden realmente el ejercicio, la interacción social y la dieta mediterránea mantener a raya el deterioro cognitivo de la enfermedad de Alzheimer? | 14 de Julio de 2011 | Vol. 474 | Naturaleza | S17

James Siberski, Evelyn Shatil, Carol Siberski, Margie Eckroth-Bucher, Aubrey French, Sara Horton, Rachel F. Loefflad, Phillip Rouse. Computer-Based Cognitive Training for Individuals With Intellectual and Developmental Disabilities: Pilot Study - The American Journal of Alzheimer’s Disease & Other Dementias 2014; doi: 10.1177/1533317514539376

Korczyn dC, Peretz C, Aharonson V, et al. - El programa informático de entrenamiento cognitivo CogniFit produce una mejora mayor en el rendimiento cognitivo que los clásicos juegos de ordenador: Estudio prospectivo, aleatorizado, doble ciego de intervención en los ancianos. Alzheimer y Demencia: El diario de la Asociación de Alzheimer de 2007, tres (3): S171.

Shatil E, Korczyn dC, Peretzc C, et al. - Mejorar el rendimiento cognitivo en pacientes ancianos con entrenamiento cognitivo computarizado - El Alzheimer y a Demencia: El diario de la Asociación de Alzheimer de 2008, cuatro (4): T492.

Thompson HJ, Demiris G, Rue T, Shatil E, Wilamowska K, Zaslavsky O, Reeder B. - Telemedicine Journal and E-health Date and Volume: 2011 Dec;17(10):794-800. Epub 2011 Oct 19.

Veuillez entrer votre adresse email