Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous

Pour votre propre usage (à partir de 13 ans)

loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_Denominacion_social_picture
  • Accédez à une batterie de tests cognitifs pour évaluer la capacité de dénomination

  • Identifiez et évaluez la présence d'altérations ou déficits

  • Instruments validés pour améliorer ou réhabiliter la capacité de dénomination et autres fonctions cognitives

loading

Comment définir la capacité de dénomination?

La Dénomination est la capacité que nous avons pour faire référence à un objet, à une personne, à un lieu, un concept ou une entité par son nom. Pour dénominer un objet, nous avons besoin d'avoir "accès" au stock du lexique de notre cerveau, trouver le bon mot que nous cherchons et l'utiliser. Ceci se fait en trois étapes qui dépendent de trois systèmes différents :

  • Etape 1 (ou du système sémantique): Nous récupérons l'information connue de ce que nous voulons nommer. Par exemple, si nous voyons un vieil ami du lycée, en le voyant nous nous rendons compte que nous le connaissons : camarade de lycée, qui était dans la classe A et avait pour habitude de sortir avec certains camarades.
  • Etape 2 (ou du système lexico-phonologique ): Nous récupérons le mot qui exprime au mieux le sens. "Antoine" serait le nom du camarade en question et par conséquent le mot approprié. C'est ce processus de la dénomination.
  • Etape 3 (ou du stock des phonèmes): Nous récupérons chacun des phonèmes qui composent le mot choisi: “/a/, /n/, /t/, /o/, /i/, /n/, /e/”.

Ces trois systèmes sont indépendants et un système peut être altéré sans affecter les autres . De cette manière, la capacité à récupérer un mot spécifique de notre lexique est indépendante de la connaissance que nous avons de ce que nous cherchons à dire.

De toute manière, nous pouvons nous souvenir du nom de ce camarade, parce que nous connaissons quelle relation nous avons avec lui, parce que nous pouvons décrire sa personnalité ou parce que nous nous souvenons de l'année où nous étions ensemble en classe mais être totalement incapable, à un moment donné, de nous souvenir de son prénom. C'est ce qu'on appelle généralement "l'effet de l'avoir sur le bout de la langue", qui peut se produire sans souffrir de troubles. Cet effet est également associé à l'effet "demi-soeur", qui fait référence au fait de trouver un ou plusieurs mots pour définir ce que l'on veut, mais pas le mot précis.

Le stock lexical est en réalité une série de patrons dont l'activité est neuronale, qui implique plusieurs parties du cerveau. Il se construit petit à petit, au fur et à mesure que nous identifons des objets, nous leur mettons une étiquette et les incorporons au stock. Une fois fait, nous pourrons nous référer au stock lexical, aussi bien lorsque nous verrons un objet que lorsque nous ne l'aurons pas en face de nous. Au moment de nommer une entité, il existe plusieurs caractéristiques qui influent sur la facilité à trouver le mot dans le stock lexical, comme par exemple la familiarité ou la nombre de fois que nous avons utilisé cet objet, ce concept, parlé de ou avec cette personne.

Exemples de capacité de dénomination

  • Vous dites à un ami que vous allez aller à la fête d'anniversaire d'un ami, au moment où vous dites de qui est l'anniversaire ("C'est l'anniversaire de Jean), vous utilisez la dénomination.
  • Lorsque lors d'un examen, on vous demande dans quelle ville se trouve la Tour Eiffel, vous cherchez le nom dans votre stock lexical et répondez avec le nom propre de la ville en dénominant (“La Tour Eiffel se trouve à Paris”).
  • Dans des mots croisés, on vous demande le mot qui fait référence à "un sentiment de peine, de tendresse, s'identifier face aux malheurs de quelqu'un", lorsque vous trouvez le mot "compassion" pour définir ce sentiment, vous utilisez la dénomination.
  • Si un enfant montre un chien et dit "ouaf", il nomme le chien d'une manière rudimentaire (par le son qu'il fait), il est encore en train de développer sa capacité de dénomination.
  • Si des pompiers essayent d'éteindre unfeu dans une maison, et l'un d'eux dit "Va fermer le gaz dans le sous-sol, derrière la porte verte", si l'autre pompier n'est pas capable d'assimiler chacun des mots de son collège, il est fort probable qu'il ne puisse pas résoudre le problème à temps. La denomination est une fonction que nous utilisons constamment.

Troubles ou pathologies associées à une capacité de dénomination déficiente

Le trouble par excellence de la dénomination est l' aphasie anomique ou l'anomie. C'est un trouble qui affecte uniquement la capacité de dénomination, et maintient intacte le reste des composants du langage. La personne qui souffre d'anomie, vivra constamment avec "l'effet d'avoir le mot sur le bout de la langue" (et ce pour une grande quantité de mots, y compris les plus communs). Il semble que les patients souffrant d'anomie auraient perdu le chemin ou l'accès à cette partie précise du stock lexical, c'est pourquoi il est aussi difficile de trouver les mots qu'ils veulent.

Les personnes qui souffrent d'anomie conservent la compréhension du langage, la production (mis à part les mots qu'ils ne trouvent pas), la répétition et la connaissance des mots qu'ils cherchent à dire. Si quelqu'un lui dit le mot qu'il cherche, le patient souffrant d'anomie sera capable de le reconnaître, mais il est fort probable qu'il l'oublie une fois qu'il arrêtera de se la répeter. Il est caractéristique des personnes souffrant d'anomie de parler avec des circonvolutions (ils contournent l'idée qu'ils veulent donner pour éviter d'avoir à dire les mots dont ils sont incapables de se rappeler), ils utilisent des mots généraux ("une chose" au lieu de "bougeoir"), expressions pour combler ("oui bon, tu vois ce que je veux dire") et leurs conversations sont marquées par de pauses (durant lesquelles ils cherchent leurs mots).

Selon où a eu lieu la lésion, le patient peut avoir des problèmes avec les noms propres (Pôle temporel), les substantifs communs (cortex temporel inférieur), les verbes (Aire de Broca et zones limitrophes).

Néanmoins, il existe une autre série de troubles où la dénomination est affectée, avec d'autres fonctions. Il s'agit de pathologies comme La maladie d'Alzheimer, la dysphasie ou la démence sémantique.

Bien qu'il existe des problèmes de dénomination pour la démence sémantique, ce n'est pas la même chose. Par conséquent, il ne faut pas confondre les problèmes de dénomination et la démence sémantique. Dans ce cas, la personne perd l'information contenue dans le stock sémantique et non l'accès au stock. Par delà, la personne n'est pas capable d'apporter des informations (d'ordre général) quant aux mots qu'elle veut dire.

Par ailleurs, la dyslexie ou le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité(TDAH), peuvent engendrer des problèmes de dénomination ou avoir des conséquences sur la vitesse avec laquelle on mène le processus de dénomination.

Comment mesurer et évaluer la capacité de dénomination?

La dénomination est indispensable pour la communication et l'apprentissage. Elle est clée pour l'efficacité et la compréhension du langage. Nous utilisons la dénomination pour n'importe quelle chose à laquelle nous voulons faire référence.

A travers une évaluation neuropsychologique complète, il est possible d'évaluer de manière précise et fiable un grande quantité de fonctions cognitives dont celle de la domination. Concrètement, pour évaluer la capacité de dénomination, nous disposons de plusieurs exercices qui permettent d'estimer avec précision la capacité de l'utilisateur pour dénominer des mots. Les tests pour évaluer cette habileté cognitive sont inspirés des travaux du NEPSY, de Korkman, Kirk et de Kemp (1998). Grâce à ces tests, en plus de la capacité de dénomination, nous pouvons également mesurer la capacité de perception visuelle, le temps de réaction, la mémoire contextuelle et la flexibilité cognitive.

  • Test de DécodageVIPER-NAM: Des images d'objets apparaîssent à l'écran durant un bref instant avant de disparaître. Juste après apparaîssent quatre lettres, une seule correspond à la première lettre du nom de l'objet, "la lettre de l'objectif". Trouvez la lettre le plus vite possible.
  • Test d'Identification COM-NAM: Des objets apparaîssent à l'écran à travers des images ou des sons. Après ça il faut indiquer si l'objet est apparu à travers une image, un son ou n'est pas apparu.
  • Test d'Enquête REST-COM: Des objets apparaîssent un bref instant. Il faut sélectionner le mot qui correspond à l'image présenté le plus rapidement possible.

Comment réhabilité ou améliorer la capacité de dénomination?

Toutes les habiletés cognitives, dont la dénomination, peuvent être entraînées et améliorées. CogniFit vous offre la possibilité de le faire de manière professionnelle.

CogniFit offre une batterie d'exercices cliniques conçus pour la réhabilitation de la dénomination et d'autres fonctions cognitives. La réhabilitation de la dénomination se base sur la plasticité cérébrale. Le cerveau et ses connections neuronales peuvent être renforcées à travers les fonctions dont elles dépendent. De cette manière, si nous entraînons régulièrement la capacité de dénomination, les bases de neurones de cette fonction se renforceront et rendront la capacité plus efficace. En facilitant les connections des mots difficiles à trouver, il sera plus facile pour le cerveau d'accéder au stock lexical et récupérer le nom des mots que nous cherchons.

La création du programme de stimulation cognitive de CogniFit a été menée à bien par une équipe de professionnels spécialisés dans l'étude de la plasticité synaptique et des procédés de la neurogenèse. Ce programme commence par une évaluation précise de la capacité de dénomination ainsi que d'autres fonctions cognitives fondamentales. Selon les résultats de l'évaluation, le programme de stimulation cognitive de Cognifit offre de manière automatique un entraînement cognitif personnalisé visant à renforcer la capacité de dénomination ainsi que d'autres fonctions cognitives, si les résultats de l'évaluation indiquent que c'est nécessaire.

Pour améliorer la capacité de dénomination, un entraînement adapté et constant est nécessaire. CogniFit dispose d'outils d'évaluation et de réhabilitation pour améliorer cette fonction cognitive. Pour un bonne stimulation, il est nécessaire de s'entraîner 15 minutes par jour, 2 à 3 fois par semaine.

Vous pouvez accéder au programme de stimulation cognitive de Cognifit à travers internet. Il existe une grande variété d'activité intératives sous la forme de jeux amusants, qui peuvent être réalisés sur ordinateur. A la fin de chaque séance, CogniFit présentera sous la forme d'un graphique l'avancée de l'état cognitif.

Veuillez entrer votre adresse email