Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous

Pour votre propre usage (à partir de 13 ans)

loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_inhibicion_social_picture

Inhibition

Habilité cognitive qui fait partie des fonctions exécutives

  • Accédez à une batterie d'évaluation complète pour la capacité d'inhibition et d'autres fonctions exécutives.

  • Explorez et mesurez de manière précise votre inhibition et d'autres fonctions cérébrales.

  • Identifiez et évaluez la présence d'altérations ou déficits au niveau du contrôle inhibiteur.

loading

Le Dr Russell Barkley a proposé un modèle d'autorégulation du comportement où le contrôle inhibiteur était la base pour un bon fonctionnement du reste des fonctions exécutives du cerveau. Le contrôle inhibiteur est basique pour la flexibilité mentale, le contrôle de l'impulsivité ou des interférences, la mémoire de travail et la régulation de l'affection et des émotions, etc. Un déficit au niveau de la capacité d'inhibition est le principal problème des troubles comme celui du TDAH. Le déficit d'inhibition peut se manifester en trois niveaux différents:

  • Niveau moteur: il existe un désordre au niveau de la conduite motrice, qui se manifeste sous forme d'hyperactivité. Par exemple, lorsqu'un enfant est en classe et ne peut pas s'empêcher de se lever sans arrêt parce qu'il est fatigué d'être assis.
  • Niveau d'attention: il se manifeste par la facilité à être distrait et les difficultés à rester concentrer. Par exemple, lorsque nous lisons un livre et que nous sommes distrait par la sonnette du voisin ou par l'ombre d'un oiseau qui passe devant notre fenêtre.
  • Niveau comportemental: il se manifeste à travers des attitudes impulsives que nous ne pouvons pas contrôler. Comme par exemple, klaxonner lorsque le feu est vert et que l'autre véhicule ne démarre pas automatiquement.

Les structures frontales du cerveau sont les dernières à mûrir, c'est pourquoi il n'est pas rare de voir comment les plus jeunes ont du mal à contrôler leur comportement et à gérer des situations imprévues. Ils ont du mal à inhiber les activités commencées. Plus nous grandissons, plus notre capacité inhibitrice augmente jusqu'à se développer totalement.

L'inhibition est une des fonctions cognitives que nous utilisons le plus au quotidien. C'est la manière de notre cerveau de corriger n'importe quel type de comportement. Grâce à l'inhibition, nous taisons quelque chose que nous pensons et qu'il vaut mieux garder pour nous, nous réussissons à rester assis sur une chaise en classe, à étudier à la maison ou encore à travailler dans un bureau lorsque nous n'avons qu'une envie : nous lever. Elle nous permet également de corriger une trajectoire si une voiture vient nous faire une queue de poisson sur la route. Elle nous permet de réagir face des situations imprévues ou de risques et nous y adapter. De cette manière, une bonne inhibition peut aider à avoir de meilleurs comportements et notes à l'école, à être plus efficace au travail, plus de sécurité et à avoir de meilleures relations personnelles.

  • Lorsque nous étudions, nous pouvons observer des niveaux d'inhibition faibles quand nous regardons notre portable pour voir si nous avons un message, ou encore quand nous nous levons pour voir ce qu'il y a dans le frigo, etc. Un étudiant avec un bon contrôle inhibiteur pourra contrôler ses conduites, en se concentrant sur son activité principale et par delà obtenir de bons résultats académiques.
  • Pour les postes de travail dans des bureaux, la situation est très semblable. Il est très facile que nous soyons distraits par certaines activités que nous réalisons de manière automatique ou que nous commencions à penser à nos préoccupations personnelles. Si l'employé a un bon contrôle inhibiteur, il sera plus efficace au travail.
  • Les imprévus sur la route ne sont pas rares. Vous pourriez avoir décider de prendre la prochaine sortie et tout d'un coup vous devez freiner parce qu'un autre véhicule vous fait une queue de poisson pour prendre cette même sortie. Si une personne est capable de stopper une action qu'elle avait programmé à cause d'un imprévu, c'est grâce à l'inhibition.
  • Certaines personnes ont tendance à ruminer des idées négatives ou des préoccupations. C'est la fonction du contrôle inhibiteur de couper ce fil de pensée désagréable pour se concentrer sur une autre activité plus positive.
  • Lorsque vous avez été piqué par un moustique, la réaction naturelle est celle de se gratter. Les personnes avec un bon contrôle inhibiteur seront capables de ne pas se gratter même si la piqûre les gène. Un mauvais contrôle inhibiteur peut faire que cette piqûre se transforment en blessure.
  • Si vous êtes en plein déjeuner de famille et que votre beau-frère (que vous n'appréciez pas comme tout le monde sait) n'arrête pas de faire des commentaires irritants, votre impulsion pourrait vous pousser à lui répondre. En revanche, si vous avez un bon contrôle inhibiteur, vous serez capable de vous contrôler et rester calme et silencieux. Si vous n'êtes pas capable de contrôler vos impulsions correctement, vous pourriez ruiner le déjeuner familial.
  • Les personnes avec un mauvais contrôle inhibiteur ont tendance à interrompre les conversations, ce qui rend quasi impossible une conversation fluide. Il arrive souvent qu'elles donnent une réponse impulsives et se trompent très souvent lorsque quelqu'un leur pose une question ou un problème.

Il arrive très souvent que les personnes ayant souffert d'un dommage cérébral au niveau du lobe préfrontal à cause d'un ictus, d'un traumatisme crânien ou de tumeurs souffrent de désinhibition (Syndrômes frontaux). Cela est souvent traduit par une tendance à parler sans arrêt ou à toucher tous les objets à portée de main (étant donné qu'elle ne peuvent pas contrôler les mots qui leur passent par la tête ou la tentation de toucher tous les objets qui les entourent). La désinhibition peut également provoquer des conduites plus problématiques qui peuvent aller jusqu'à l'agressivité, dire des grossièretés ou avoir des attitudes sexuelles non appropriées.

Un déficit au niveau de la capacité d'inhibition est le principale problème des troubles comme celui du Trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Avec le TDAH, on peut avoir des cas de desinhibition aussi bien au niveau de la conduite (avec un enfant impulsif qui devient agressif si quelque chose ne lui plait pas ou encore qu'il se lève de sa chaise en classe s'il s'ennuie...) qu'au niveau cognitif (parce qu'il est incapable de contrôler les distractions et n'arrive pas à être attentif et par delà est distrait). Par ailleurs, le manque d'inhibition peut apparaître avec d'autres altérations avec des troubles comme celui du Trouble obsessivo-compulsif(TOC). Dans le cas du TOC, les personnes sont incapables d'inhiber les pensées générées par leur anxiété et centrent toute leur attention sur ce qui les préoccupe.

Il nous semble important de faire mention de l'effet de l'alcool et des autres drogues sur l'inhibition. Une intoxication aigüe d'alcool produit généralement des altérations du contrôle inhibiteur (c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle il est interdit de conduire avec une certaine quantité d'alcool dans le sang). Par ailleurs, l'alcoolisme peut affecter de manière permanente l'inhibition. Des études récentes ont indiqué que le patron de consommation d'alcool type Binge Drinking (boire beaucoup d'alcool durant une brève période, et suivi d'une période d'abstinence, comme lors d'un apéritif ou d'une fête) peut engendrer des préjudices au niveau de l'inhibition semblable à celui de l'alcoolisme.

Le contrôle inhibiteur est la base de nombreux comportements de notre quotidien. Evoluer correctement dans un environnement remplis d'imprévus ou de distracteurs dépend directement de la qualité de notre inhibition. Par delà, évaluer notre contrôle inhibiteur peut être d'une grande aide dans plusieurs domaine de notre vie : dans le domaine scolaire (pour savoir quel élève va avoir tendance à se distraire plus ou à se comporter pire s'il est frustré), dans le domaine de la santé (pour savoir qu'un un patient avec des tendances suicidaires a peu de contrôle inhibiteur et peut améliorer sa vigilence à temps) ou dans le domaine professionnel (les policiers, militaires et autres professionnels qui manient des armes ou des objets dangereux doivent avoir un grand contrôle inhibiteur pour éviter des accidents).

  • Test de Procédés REST-INH: Pour ce test, vous verrez apparaître deux blocs avec des numéros et des formes différentes. Pour commencer, vous devrez attentif à la taille des formes et indiquer la plus grande. Ensuite, vous devrez indiquer le bloc de numéros le plus élevé.
  • Test d'Équivalences INH-REST: Pour ce test, vous verrez apparaître des noms de couleurs à l'écran. Vous devrez indiquer le plus rapidement possible est écrit dans la couleur du mot inscrit. Si le mot et la couleur ne coïncident pas, vous ne devrez pas répondre.
  • Test de Négligence FOCU-SHIF: Vous verrez apparaître une lumière dans chaque coin. Vous devrez cliquer sur les lumières jaunes aussi vite que possible. En revanche, lorsque les lumières deviendront rouges, vous ne devrez pas cliquer dessus.

La plasticité cérébrale est la base de la réhabilitation de l'inhibition et des autres capacités cognitives. CogniFit dispose d'une batterie d'exercices cliniques conçus pour réhabiliter les déficits de l'inhibition et d'autres fonctions cognitives. Le cerveau et ses connections de neurones se renforcent avec l'utilisation des fonctions qui dependent d'eux. De cette manière, si nous utilisons l'inhibition fréquemment, les connections cérébrales des structures impliquées de cette capacité seront renforcées.

L'équipe CogniFit est formée d'une équipe de professionnels spécialisés dans l'étude la plasticité synaptique et des procédés de la neurogenèse. Ceci a permis la création d'unprogramme de stimulation cognitive personnalisée adapté aux besoins de chaque utilisateur. Ce programme commence par une évaluation précise de l'inhibition et d'autres fonctions cognitives fondamentales. Suivant les résultats de l'évaluation, le programme de stimulation cognitive de CogniFit offre de manière automatique un entraînement cognitif personnalisé pour renforcer l'inhibition ainsi que d'autres fonctions cognitives, si nécessaire après évaluation.

Il est indispensable de mener à bien un entraînement constant et approprié pour améliorer la inhibition. CogniFit dispose d'outils d'évaluation et de réhabilitation pour optimiser cette fonction cognitive. Pour une bonne stimulation, 15 minutes par jour (2 à 3 jours par semaine) sont nécessaires.

Ce programme est disponible en ligne. Il contient une grande variété d'activités interactives, présentées sous forme de jeux pour le cerveau des plus amusants, à réaliser sur ordinateur. A la fin de chaque session, CogniFit montrera l'avancé de l'état cognitif sur un graphique détaillé.

Veuillez entrer votre adresse email