Questions? Feedback? powered by Olark live chat software
Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous
loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_Test_discalculia_social_picture
  • Evaluation neuropsychologie pour la dyscalculie

  • Examine rigoureusement les zones du cerveau affectées par la dyscalculie.

  • Evalue la présence éventuelle de déficits cognitifs

loading

La batterie d'évaluation cognitive pour la dyscalculie (CAB-DC) a été créée par un groupe d'experts en psychologie et en neuropsychologie en vue de détecter et diagnostiquer la dyscalculie.

Cet outil fournit une suite d'exercices qui mesure le niveau cognitif de chaque utilisateur. Il est conçu pour aider les professionnels de la santé à détecter les symptômes de la dyscalculie. Le professionnel reçoit un rapport complet du profil cognitif du patient afin de détecter d'éventuels déficits cognitifs.

Lorsque l'utilisateur termine son évaluation, le programme de CogniFit utilise des algorithmes complexes pour collecter les résultats et créer un rapport informatisé. Ce rapport fournit des données sur chacune des compétences cognitives mesurées à l'aide de graphiques et tableaux, permettant ainsi au professionnel et à l'utilisateur de facilement comprendre les résultats et observer les compétences cognitives les plus touchées par le trouble de l'apprentissage.

L'évaluation cognitive pour la dyscalculie de CogniFit comprend plusieurs exercices. Chaque exercice mesure deux ou plusieurs compétences cognitives qui peuvent être affectés par la dyscalculie.

  • Domaine de la Mémoire : mémoire de travail et mémoire à court-terme.
  • Domaine de l'Attention : concentration, attention partagée et dénomination.
  • Domaine de la Perception : reconnaissance.
  • Domaine de la Coordination : temps de réaction.
  • Domaine du Raisonnement : planification et vitesse de traitement.

Batterie d'exercices et tests pour l'évaluation cognitive relative à la dyscalculie

Test de concentration VISMEM-PLAN

Test de séquençage WOM-ASM

Test d'identification COM-NAM

Test de reconnaissance WOM-REST

Test de rapidité REST-HECOOR

Test de traitement REST-INH

Test de coordination HECOOR

Test de décodage VIPER-NAM

Test d'investigation REST-COM

Processus d'évaluation

  • Durée : la batterie s'effectue en environ 15-20 minutes.
  • Notation : automatisée.
  • Public : Enfants (6 ans et plus) et adultes.

Environnements neuropsychologiques analysés et leur relation avec la dyscalculie

Documentation scientifique : batterie de tests validée

La batterie de tests neuropsychologiques pour la dyscalculie s'appuie sur les études les plus récentes portant sur la dyscalculie.

Le programme neurocognitif de CogniFit a reçu des résultats satisfaisants à travers différentes études. Cette validation a été réalisée par une clinique médicale afin de recueillir des données de fiabilité. Les résultats ont été excellents, présentant des scores entre 0,7 et 0,8.

Chaque pathologie abordée par CogniFit est associée à un groupe de capacités cognitives pouvant être affectées en fonction du patient/utilisateur. L'évaluation mesure les compétences cognitives qui, selon la littérature scientifique, sont les plus touchées par la dyscalculie. Ces capacités sont les suivantes :

MEMOIRE : certaines zones du cerveau, chez un enfant atteint de dyscalculie, sont différentes de celles d'un enfant non dyscalculique. Ces zones sont directement liées à la mémoire et à la capacité à mémoriser des information mathématiques, ce qui explique pourquoi il est si important de travailler ces zones.

Mémoire de travail et dyscalculie :

Evaluer la mémoire de travail permet au professionnel d'établir éventuellement un diagnostic. La mémoire de travail est importante pour apprendre des concepts mathématiques et amener ceux-ci à une idée abstraite. Une faible mémoire de travail peut engendrer des difficultés à suivre des instructions, à faire du calcul mental, ainsi qu'à former des souvenirs complets.

Mémoire à court-terme et dyscalculie :

Les enfants dyscalculiques éprouvent des difficultés pour résoudre des problèmes mathématiques tels que les multiplications, car ils doivent se rappeler les tables de multiplication. C'est une des raisons pour lesquelles la mémoire à court-terme est mesurée dans l'évaluation.

ATTENTION : plusieurs études confirment que la dyscalculie est liée au TDAH dans 32% des cas. Evaluer l'attention est essentiel car c'est l'un des plus importants domaines cognitifs intervenant lors de l'apprentissage de nouvelles idées mathématiques.

Concentration et dyscalculie :

Pour qu'un enfant dyscalculique pour puisse correctement apprendre les mathématiques, cela nécessite qu'il développe sa capacités à se concentrer. La concentration est le temps pendant lequel l'enfant est capable de faire attention à un stimulus sans se laisser distraire. Cette capacité est primordiale pour que l'enfant puisse apprendre les mathématiques de manière optimale.

Attention partagée et dyscalculie :

Les enfants dyscalculiques ont du mal à donner toute leur attention à quelque chose lié aux mathématiques. Lorsque l'enfant manque de motivation pour apprendre ou pratique un nouveau concept, son attention a tendance à être sporadique rendant ainsi difficile la possibilitéde se concentrer sur une seule tâche.

Dénomination et dyscalculie :

Pour reconnaître des symboles mathématiques il faut préalablement être capable de nommer et décrire ce que font ces symboles. Evaluer la reconnaissance permet au professionnel d'éventuellement établir un diagnostic.

PERCEPTION : les enfants atteints de dyscalculie ont des problèmes de perception spatiale et visuo-motrice, dans les domaines sociaux et émotionnels, ainsi qu'au niveau de la reconnaissance.

Reconnaissance et dyscalculie :

Les enfants dyscalculiques ont tendance à éprouver des difficultés à reconnaître et interpréter les différentes expressions faciales et les signaux non verbaux. Une fois que l'enfant est capable d'apprendre le language utilisé dans les mathématiques, il peut avoir du mal à reconnaître et à identifier sa signification.

COORDINATION : La coordination, en particulier la coordination motrice, a tendance à être gauche et maladroite chez les enfants atteints de dyscalculie. Le problème commence au niveau de la connexion entre le cerveau et les mouvements, raison pour laquelle l'écriture est particulièrement difficile pour les enfants atteints de ce trouble d'apprentissage.

Temps de réaction et dyscalculie :

Les enfants dyscalculiques rencontrent des difficultés à traiter l'information externe et à répondre à ladite information, ce qui signifie qu'il leur faut plus de temps pour traiter l'information vue ou entendue.

RAISONNEMENT : les enfants atteints de dyscalculie doivent suivre un processus de pensée distinct de la plupart des autres enfants afin de comprendre les mêmes informations. En d'autres termes, la façon dont ils comprennent le monde, en particulier dans le monde des mathématiques, est différente de celle des autres.

Planification et dyscalculie :

Etant donné que les enfants dyscalculiques ont du mal à comprendre et résoudre des problèmes mathématiques, leurs planification et motivation peuvent en être affectées. Le simple fait de faire ses devoirs implique de correctement planifier une série de tâches puis de les effectuer ; ce qui nécessite à la fois et en même temps de la concentration et de la mémoire.

Vitesse de traitement et dyscalculie :

Le temps de réaction et la vitesse de traitement sont étroitement liés au moment de comprendre une information externe. Quand quelqu'un vous pose une question, vous devez d'abord traiter ce que la personne veut dire, puis donner une réponse à cette question. Le processus suivi par un enfant atteint de dyscalculie est différent et donc plus détérioré comparé à un enfant non dyscalculique.

Documentation scientifique

La partie la plus importante de l'évaluation CogniFit pour la dyscalculie est qu'elle a été créée en utilisant des stimuli visuels et auditifs en vue de la rendre plus simple et amusante pour l'utilisateur.

Outre l'évaluation de la dyscalculie, CogniFit a un programme de rééducation cognitive complémentaire à une thérapie cognitivo-comportementale. Cet outil comprend un ensemble de programmes d'entraînements adaptés aux caractéristiques individuelles de chaque utilisateur et entraîne les compétences cognitives les plus touchées par la dyscalculie.

Les exercices CogniFit sont conçus pour spécifiquement évaluer une ou plusieurs compétences cognitives. Lorsque l'utilisateur termine l'évaluation, le programme analyse les résultats et crée un profil cognitif complet. A l'aide de ce rapport, l'utilisateur ou le professionnel sont en mesure de voir les compétences cognitives les plus faibles et nécessitant donc le plus besoin d'entraînement.

L'équipe professionnelle de CogniFit est également disponible pour offrir une consultation et recommander la meilleure évaluation pour chaque personne.

Il y a beaucoup d'avantages à essayer les évaluations de CogniFit. Nous étudions les aptitudes cognitives les plus touchées par chaque pathologie et travaillons spécifiquement pour mesurer et évaluer les compétences qui pourraient être touchées. L'évaluation s'appuie sur un modèle cognitif pour identifier la présence de symptômes de la dyscalculie. Cette méthode repose sur des preuves scientifiques et a été validée par des centaines de sujets.

L' objectif principal de cette évaluation est de fournir des informations utiles à la fois pour l'utilisateur et le professionnel, en utilisant des graphiques et des tableaux permettant au professionnel d'identifier un diagnostic possible.

Références

Horowitz-Kraus T, Breznitz Z. - Can the error detection mechanism benefit from training the working memory? A comparison between dyslexics and controls- an ERP study - PLoS ONE 2009; 4:7141.

Peretz C, Korczyn AD, Shatil E, Aharonson V, Birnboim S, Giladi N. - Computer-Based, Personalized Cognitive Training versus Classical Computer Games: A Randomized Double-Blind Prospective Trial of Cognitive Stimulation - Neuroepidemiology 2011; 36:91-9.

Thompson HJ, Demiris G, Rue T, Shatil E, Wilamowska K, Zaslavsky O, Reeder B. - Telemedicine Journal and E-health Date and Volume: 2011 Dec;17(10):794-800. Epub 2011 Oct 19.

Preiss M, Shatil E, Cermakova R, Cimermannova D, Flesher I (2013) Personalized cognitive training in unipolar and bipolar disorder: a study of cognitive functioning. Frontiers in Human Neuroscience doi: 10.3389/fnhum.2013.00108.

Conners, C. K. (1989). Manual for Conners’ rating scales. North Tonawanda, NY: Multi-Health Systems.

Wechsler, D. (1945). A standardized memory scale for clinical use. The Journal of Psychology: Interdisciplinary and Applied, 19(1), 87-95

ombaugh, T. N. (1996). Test of memory malingering: TOMM. North Tonawanda, NY: Multi-Health Systems.

Stroop, J. R (1935). Studies of interference in serial verbal reactions. Journal of experimental psychology, 18(6), 643.

Hooper, E. H. (1983). Hooper visual organization test (VOT).

Veuillez entrer votre adresse email