À propos des cookies sur ce site

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience en ligne. Si vous continuez à utiliser ce site sans modifier vos préférences de cookies, nous en conclurons que vous marquez votre accord quant à notre utilisation de cookies. Pour en savoir plus ou pour modifier vos préférences de cookies, consultez notre politique relative aux cookies

Accepter
Choisissez votre plateforme et achetez
Essayez un mois gratuit avec 10 licences.
A quoi sert le compte?
Inscrivez-vous

Veuillez confirmer que les entraînements et/ou évaluations sont pour votre propre usage. Vous allez créer un compte personnel. Ce type de compte est conçu pour vous aider à évaluer et entraîner vos capacités cognitives.

Veuillez confirmer que vous souhaitez accéder aux entraînements et aux évaluations cognitives pour vos patients.Vous allez créer un compte de gestion des patients. Ce compte est conçu pour aider les professionnels de la santé (médecins, psychologues, etc.) dans le diagnostic et l'intervention sur les troubles cognitifs.

Veuillez confirmer que vous souhaitez proposer des entraînements et/ou évaluations cognitives à votre famille ou vos amis. Vous allez créer un compte familial. Ce compte est conçu pour permettre aux membres de votre famille d'accéder aux évaluations et entraînements de CogniFit.

Veuillez confirmer que vous souhaitez accéder aux entraînements et aux évaluations cognitives pour des participants à une étude.Vous allez créer un compte de recherche. Ce compte est conçu pour aider les chercheurs dans leurs études sur les aires cognitives

Veuillez confirmer que vous souhaitez accéder aux entraînements et aux évaluations cognitives pour vos élèves ou étudiants.Vous allez créer un compte de gestion des élèves ou étudiants. Ce compte est conçu pour aider dans le diagnostic et l'intervention sur les troubles cognitifs chez les enfants et les étudiants.

Pour votre propre usage (à partir de 16 ans)

loading

En cliquant sur "Inscrivez-vous", vous acceptez nos Conditions d’utilisation et vous reconnaissez avoir lu et accepter notre Politique de Confidentialité des données.

corporativelanding_Discalculia_social_picture
  • Stimule les réseaux de neurones associés au langage numérique

  • Exercices conçus pour traiter la dyscalculie et les difficultés mathématiques.

  • Aidez votre enfant à entraîner son cerveau et corriger les erreurs de calcul. Testez-le!

loading

Exercices d'entraînement des réseaux neuronaux qui affectent la dyscalculie

Comment traiter la dyscalculie? Grâce à des exercices faciles et des activités cérébrales, CogniFit aide à stimuler les réseaux de connexions neuronales chargées de traiter le langage numérique.

Ce programme d'exercices a été conçu par une équipe de neurologues et psychologues cognitifs spécialisés en troubles du développement. Il permet aux parents, professeurs et chercheurs de détecter, aider et améliorer les déficits cognitifs.

  • CogniFit est devenu un outil de référence pour le diagnostic et l'intervention sur les troubles de l'apprentissage. En effet, il permet d'évaluer, d'aider et de réduire les difficultés spécifiques liées au processus d'apprentissage.
  • Ses exercices s'adaptent aux caractéristiques cognitives de chaque enfant en l'aidant à réduire les erreurs associées à la pensée préopératoire et opératoire, la correspondance, la réversibilité, la classification, l'ordre et la sériation.
  • L'utilisation de ce programme est simple et accessible pour les parents et tuteurs qui ne sont pas familiers de l'utilisation de batteries de stimulation cognitive.
  • Les exercices et jeux de CogniFit pour traiter la dyscalculie sont recommandés pour les enfants âgés entre 6 et 13 ans. Ils peuvent être réalisés en ligne en moins de 20 minutes, entre 2-3 fois par semaine.

C'est une solution professionnelle qui permet de travailler la plasticité cérébrale et de renforcer les réseaux de connexions neuronales sans que les enfants ne s'en rendent compte. Et même temps, ils s'amusent !

Technologie CogniFit

Scientifiquement appouvée

Exercices pour traiter la dyscalculie

Diagnostique et évaluation de la dyscalculie 1

Examen cognitif: Evaluation et diagnostic complet de la fonction cognitive de l'utilisateur, rapport des zones affectées.

Exercices cliniques pour la dyscalculie2

Batterie d'exercices cliniques personnalisés: Stratégie d'intervention visant à stimuler le réseau de connexion neuronales déficitaires.

Exercices pour traiter la dyscalculie 3

Développement de nouveaux recours et stratégies cérébrales: Renforcer la capacité pour résoudre les difficultés numériques associées à la dyscalculie.

Définition de la Dyscalculie

Qu'est-ce que la dyscalculie? Il s'agit d'un trouble spécifique du développement, de base biologique, qui affecte fortement l'apprentissage de l'arithmétique et des mathématiques. On la définit souvent comme la "dyslexie mathématique". Cette pathologie n'est pas liée au niveau d'intelligence de l'enfant ou aux méthodes pédagogiques employées. La difficulté réside dans la capacité d'interprétation des symboles numériques et des connaissances arithmétiques comme l'addition, la soustracion, la multiplication et la division. L'enfant souffrant de dyscalculie confond les chiffres et les signes, n'arrive pas à faire de calcul mental ni à travailler avec des abstractions. Ces enfants rencontrent des difficultés pour réaliser les exercices académiques ou des tâches pratiques (problèmes, calculs mathématiques, etc.).

Ainsi, la dyscalculie peut être définie comme un dysfonctionnement des connexions neuronales chargées du langage numérique. Ceci cause des difficultés au niveau des fonctions cérébrales qui permettent de traiter et d'accéder à l'information numérique.

La prévalence de la dyscalculie dans les établissements scolaires oscille entre 3% et 6%. Elle affecte autant les filles que les garçons.

Exemples de dyscalculie

Comment la dyscalculie affecte-t-elle le cerveau?

La dyscalculie se présente comme un dysfonctionnement neuronal au niveau du sillon intrapariétal du cerveau. Ce dysfonctionnement est la cause d'une déterioration cognitive. La psychopathologie de la dyscalculie et l'insomnie des enfants partagent plusieurs mécanismes neurobiologiques. La dyscalculie est très souvent associée à des déficits au niveau des habiletés suivantes :

  • L'attention (la concentration)

    : Habileté liée au modèle de détérioration cognitive impliqué dans le trouble de la dyslexie. Le déficit structurel au niveau du réseau des connexions neuronales est également lié à l'inhibition. Cette dernière affecte l'agilité de l'enfant pour réaliser des exercices mathématiques.
  • L'attention partagée

    : Cette habileté permet de prêter attention à deux stimuli à la fois. Les enfants souffrant de dyscalculie ont des problèmes pour répondre facilement à un stimulus déterminé. Ils ne sont pas capables de se concentrer, sont très facilement distraits par des choses sans importance et se fatiguent rapidement.
  • La mémoire de travail

    : Cette habileté cognitive fait référence au stockage temporaire et à la capacité à manipuler des informations pour réaliser des tâches complexes. Les enfants rencontrent plusieurs difficultés car ils ont du mal à suivre des instructions et les oublient facilement. Ils montrent très peu de motivation, un niveau élevé de distraction, ils ne se souviennent pas des nombres et sont mauvais en calcul mental.
  • La mémoire à court-terme

    : C'est la capacité à retenir une petite quantité d'informations durant un bref instant dans notre cerveau. Ce déficit cérébral explique l'incapacité des enfants à faire des exercices d'arithmétique, des calculs ou encore résoudre des problèmes mathématiques. Cette habileté est également en jeu dans la difficulté à retenir les tables de multiplication.
  • La dénomination

    : c'est la capacité à se rappeler et à extraire un chiffre ou un mot de notre lexique sémantique et l'utiliser par la suite. Les enfants souffrant de dyscalculie ont beaucoup de mal à se souvenir des chiffres car leur niveau de traitement de l'information et leur habileté à désigner des choses sont déficients.
  • La planification

    : Une déficience de cette habileté entraîne des difficultés au moment de comprendre le sens de l'exercice et de lui donner un sens numérique. Sans cette capacité d'anticipation, il est difficile d'effectuer l'exercice correctement.
  • La vitesse de traitement

    : C'est le temps nécessaire à notre cerveau pour recevoir une information (un nombre, une opération mathématique, un problème...), la comprendre et y répondre. Les enfants sans problèmes d'apprentissage réalisent ce processus rapidement et de manière automatique. En revanche, les enfants souffrant de dyscalculie ont besoin de plus de temps et d'efforts pour traiter l'information et les stimuli.
Cerveau affecté par la dyscalculie

Sur l'image ci-dessus, on voit la zone cérébrale affectée par la dyscalculie. CogniFit est un dispositif professionnel qui permet de réaliser une évaluation cognitive de l'utilisateur. Il identifie les habiletés cognitives qui présentent des déficits et offre automatiquement un ensemble d'exercices cliniques permettant de stimuler les réseaux de connexions neuronales affaiblis par la dyscalculie.

Traitement de la dyscalculie

Le plus important pour traiter correctement la dyscalculie et la dyslexie est de diagnostiquer ces troubles le plus tôt possible. Plus vite nous détectons les premiers symptômes et offrons aux enfants un dispositif pour les aider à suivre une scolarité normale, plus ils auront de chance d'éviter tout retard éducatif et des problèmes d'estime de soi.

Il a été démontré que les exercices offerts par CogniFit sont une aide efficace dans le traitement de cette pathologie : grâce à l' entraînement de la plasticité neuronale, nous pouvons compenser les fonctions cérébrales détériorées. Les enfants développent de nouvelles stratégies cérébrales qui permettent de résoudre de manière efficace les difficultés numériques associées à la discalculie. Ce processus améliore de manière significative la capacité de développement du mineur.

Les exercices de stimulation cérébrale proposés par Cognifit pour les enfants souffrant de dyscalculie évaluent le niveau de détérioration cognitive et élaborent automatiquement une stratégie d'intervention personnalisée. Les jeux cliniques de CogniFit permettent de stimuler les zones cérébrales qui présentent des déficits structurels : capacité de concentration ou d'attention, attention partagée, mémoire de travail, mémoire visuelle et à court-terme, habileté de dénomination, vitesse de traitement, planification.

Le programme a été conçu par une équipe de scientifiques, neurologues et psychologues. Ils utilisent les dernières découvertes sur le cerveau pour créer des jeux simples et amusants qui s'adaptent au profil cognitif et à l'âge de chaque utilisateur. Il suffit d'avoir un ordinateur et une connexion internet pour jouer. Les jeux sont faciles à comprendre et attractifs visuellement : l'entraînement est une manière amusante de traiter la dyscalculie.

Traitement pour la dyscalculie

Les causes de la dyscalculie

Quelles sont les causes de la dyscalculie? De nombreuses études ont été réalisées via des techniques d'imagerie médicale. Ce type de technique permet de visualiser en direct l'actualité cérébrale et le système nerveux central. Grâce à ces représentations, on observe que le déficit au niveau des connexions de neurones associées à la dyscalculie se trouve spécialement dans la zone cérébrale chargée du traitement numérique, située dans le lobe pariétal du cerveau. Les zones comme le cortex préfrontal, la partie postérieure du lobe temporal et d'autres zones subcorticales participent également au bon fonctionnement des capacités mathématiques ou arithmétiques.

La dyscalculie est due à un trouble congénital, c'est-à-dire à un composant génétique. Souvent, un des parents de l'enfant présente aussi des difficultés en termes d'apprentissage.

Certaines des causes de la dyscalculie sont dues à:

  • Un déficit cognitif au niveau de la représentation numérique

    : Un dysfonctionnement des neurones empêche l'enfant de distinguer les nombres et lui pose problème pour les décoder. Il affecte également la bonne compréhension des énoncés des exercices et des calculs mathématiques.
  • Un déficit cognitif qui bloque l'accès à l'information retenue dans le cerveau

    : Les enfants souffrant de dyscalculie présentent un dysfonctionnement au niveau d'un réseau de connexions neuronales déterminé, ce qui les empêche d'accéder facilement à l'information numérique.

Il existe d'autres causes pouvant expliquer le trouble de la dyslexie : les altérations cérébrales ou neurobiologiques, les dommages neurologiques, les altérations psychomotrices dont les problèmes de mémoire et celles liées à l'environnement comme la consommation de drogues et d'alcool durant la grossesse ou la naissance prématurée.

Causes de la dyscalculie

Caractéristiques et symptômes de la dyscalculie

La dyscalculie présente de nombreuses difficultés liées aux mathématiques et ses caractéristiques varient selon l'âge de l'enfant. Les symptômes peuvent également différer d'un enfant à l'autre.

Elle peut être détectée à partir de l'âge préscolaire, lorsque l'enfant commence à développer les habiletés de l'apprentissage arithmétique et persiste durant l'enfance, l'adolescence et parfois même jusqu'à l'âge adulte.

À mesure que l'enfant grandit, ces difficultés sont plus flagrantes. Il ne faut pas attendre d'être confronté à des problèmes majeurs pour agir. Dans les cas de dyscalculie, il est important de la détecter le plus tôt possible . Les parents et les professeurs doivent donc être vigilants pour identifier toute manifestation de ce trouble.

Si nous offrons le plus tôt possible à ces enfants un dispositif d'intervention pour les aider à suivre une scolarité normale, ils auront davantage de chances d'optimiser leurs ressources mentales et leurs stratégies d'apprentissage.

Symptômes de dyscalculie chez les enfants d'âge préscolaire :

  • Difficultés pour

    apprendre à compter

    .
  • Problèmes associés à la

    compréhension des numéros

  • Incapacité des enfants pour classer et mesurer avec des numéros :

    Difficultés pour associer un numéro à une situation de la vie réelle. Par exemple, relier le chiffre "2" à la possibilité d'avoir 2 bonbons, 2 livres, 2 assiettes, etc…
  • Problèmes pour reconnaître les nombres écrits en chiffres et les associer à ceux écrits en lettres. Par exemple, faire la relation entre le numéro "4"

    et le mot "quatre".
  • Problème d'écriture :

    Tendance à mal écrire les numéros s'i faut les recopier ou les écrire après qu'ils leur soient dictés.
  • Erreurs de forme :

    Généralement, confusion entre les numéros "6" et "9" ou "3" et "8".
  • Ecriture incorrecte :

    Les enfants inversent les lettres ou les écrivent mal.
  • Erreurs de son :

    Confusion des chiffres lorsqu'ils les entendent. Par exemple le chiffre "six" et le chiffre "dix"
  • Symptômes au moment d'ordonner les nombres :

    Tendance à répéter un numéro 2 fois ou plus.
  • Lorsque l'on demande à enfant souffrant de dyscalculie

    de compter jusqu'à 5 et d'arrêter de compter une fois arrivé à ce chiffre

    , très souvent il ne se rend pas compte qu'il a déjà dit le numéro 5 et continue de compter.
  • Omission :

    C'est un symptôme très fréquent, il fait référence au fait de sauter un ou plusieurs numéros au moment de dire une série de numéros.
  • Symptômes associés aux séquences :

    Par exemple lorsqu'on demande à un enfant de compter à partir du numéro "4", il n'en est pas capable et doit commencer depuis le début, l'écrire ou répéter la série plusieurs fois à voix basse.
  • Difficultés pour reconnaître et classer des objets

    par leur taille et forme.

Définition de la dyscalculie

Symptômes de dyscalculie à l'école primaire :

  • Problèmes pour reconnaître les symboles mathématiques :

    Les enfants confondent les signes + et -. Ils n'arrivent pas à utiliser ces signes (ou d'autres signes similaires) correctement.
  • Incapacité à apprendre ou à se souvenir

    de structures mathématiques très basiques,

    par exemple 1+2=3.
  • Ils ne sont pas capables d'utiliser les expressions suivantes correctement :

    “plus grand que” ou “moins grand que”

  • Il est fréquent de les voir

    compter sur leurs doigts.

  • Difficultés pour apprendre et se souvenir de

    règles de calcul simples.

    Ils ont tendance à sauter une étape et ne comprennent pas bien l'exercice qu'ils doivent faire.
  • Ils commencent mal

    les calculs.

    Par exemple, ils additionnent et soustraient depuis la gauche vers la droite au lieu de faire l'inverse.
  • Ils ont du mal à aligner des opérations :

    par exemple, lorsqu'ils ont un calcul à l'horizontal, ils ne savent pas le mettre à la verticale. Ces enfants ont le même problème lorsqu'ils apprennent à faire des multiplications ou des divisions.

    Problèmes de raisonnement :

    Une erreur assez fréquente est que le résultat d'une soustraction soit supérieur aux nombres de l'opération.
  • Niveau de mémoire mécanique faible :

    Ils ne sont pas capables de mémoriser les tables de multiplication et ils ont beaucoup de mal à apprendre un numéro de téléphone par exemple.
  • Difficultés au moment de un calcul mental basique.

  • Ils ne comprennent pas les sujets des problèmes posés en mathématiques.

    Ils ne sont pas capables de retenir les informations du sujet.
  • Symptômes relatifs aux processus de raisonnement de problèmes mathématiques :

    La représentation mentale déficiente les empêche de mettre en relation les concepts et ils n'arrivent pas à distinguer les informations importantes des secondaires. Ils ont beaucoup de mal à résoudre des problèmes qui demandent plus d'un calcul pour obtenir le résultat.
  • Ils peuvent aussi présenter des symptômes plus généraux

    comme des problèmes pour reconnaître et dire l'heure. Ils ont tendance à se perdre facilement parce que leur sens de l'orientation est généralement défaillant.

Symptôme de la dyscalculie à l'école primaire

Symptômes de dyscalculie au lycée :

  • Ils ont du mal

    à faire des calculs mathématiques utiles pour leur vie quotidienne comme par exemple

    calculer les dépenses d'un weekend, rendre la monnaie, faire un devis, etc…
  • Ils ont du mal à comprendre

    les variables et unités de mesure

    , par exemple savoir à quelle quantité fait référence 500g de riz, 250ml de lait ou encore 1/3kg de farine…
  • Mauvaise orientation

    , ils ont du mal à suivre des indications et ont tendance à se perdre.
  • Insécurité au moment de résoudre des problèmes mathématiques simples

    et peu de créativité avec les chiffres. Ils ne comprennent pas les différentes manières de résoudre un même problème.
  • Difficultés pour

    comprendre des graphiques

    , des représentations numériques et des cartes.
  • Ils sont souvent connus pour être de mauvais conducteurs

    car ils ne calculent pas bien les distances et la vitesse.

Symptôme de la dyscalculie au lycée

Il est toutefois important de souligner que tous les enfants ayant des problèmes pour faire des exercices de mathématiques ne souffrent pas de dyscalculie. Il est fondamental de détecter la fréquence des symptômes. Par ailleurs, la dyscalculie n'est pas uniquement liée aux mathématiques : les enfants éprouvent également des difficultés dans les activités de la vie quotidienne ou lors de simples jeux.

Les types de dyscalculie

La symptomatologie de la dyscalculie a tendance à être commune à celle des différents types de dyslexie. On la classe en cinq types de dyscalculie :

  • La Dyscalculie Verbale

    : Difficultés des enfants à nommer et comprendre les concepts mathématiques présentés oralement. Les enfants sont capables de lire ou d'écrire les nombres, mais ils n'arrivent pas à les reconnaître lorsqu'ils sont prononcés par d'autres personnes.
  • La Dyscalculie Practognosique

    : Difficultés des enfants à traduire leur compréhension des concepts mathématiques abstraits en concepts réels. Ils sont capables de comprendre des concepts mathématiques mais ont du mal à énumérer, comparer ou à réaliser des opérations mathématiques.
  • La Dyscalculie Lexicale

    : Difficultés des enfants pour lire des symboles mathématiques, autant les nombres que les expressions mathématiques et les équations. L'enfant qui souffre de dyscalculie lexicale peut comprendre les concepts mathématiques à l'oral mais a plus de mal à l'écrit. .
  • La Dyscalculie Graphique

    : Difficultés à écrire des symboles mathématiques. Les enfants sont capables de comprendre les concepts mathématiques mais ont du mal à les lire et les écrire.
  • La Dyscalculie idéognostique

    : Difficultés à faire des calculs mentaux. L'enfant souffrant de ce type de dyscalculie a du mal à se rappeler des concepts mathématiques après les avoir appris.
  • La Dyscalculie Opérationnelle

    : Difficultés à réaliser des opérations arithmétiques ou des calculs mathématiques aussi bien à l'oral qu'à l'écrit. Une personne souffrant de dyscalculie opérationnelle est capable de comprendre les nombres et la relation qu'ils ont entre eux mais a du mal à les utiliser pour faire des calculs.
Types de dyscalculie

Jeux et exercices pour enfants souffrant de dyscalculie à faire en famille

La dyscalculie n'est pas facile à diagnostiquer. La plupart des écoles ne disposent pas de moyens permettant de détecter rapidement ce trouble au sein d'une classe et d'aider les enfants avec les outils nécessaires. C'est pourquoi, très souvent, toute la responsabilité retombe sur les familles qui doivent être vigilantes pour pouvoir identifier les premiers symptômes de la patholoogie et consulter un spécialiste qui dressera un diagnostic. Si vous pensez que votre enfant pourrait souffrir de dyscalculie, vous pouvez également réaliser une évaluation cognitive en réalisant les exercices de stimulation cognitive de CogniFit créés pour traiter la dyscalculie. Si l'enfant présente des déficits au niveau des habiletés cognitives comme : l'attention, l'attention partagée, la mémoire de travail, la mémoire à court terme, la dénomination, la planification ou la vitesse de traitement , il pourrait s'agir d'un signe de dyscalculie.

Une fois le diagnostic réalisé, il est primordial de motiver les enfants et de leur démontrer qu'ils ont des capacités dans d'autres matières et qu'en travaillant avec un peu de patience et d'efforts, ils obtiendront de meilleurs résultats. Il est donc important que les parents travaillent avec leurs enfants chez eux. Les enfants ont besoin d'aide pour visualiser les exercices de mathématiques et il faut leur laisser le temps nécessaire pour qu'ils les comprennent. Voici quelques activités et jeux amusants s'amuser en famille à la maison, tout en traitant la dyscalculie:

  • Cuisiner ensemble

    : Lire avec l'enfant la recette que vous allez préparer et lui demander de réunir les ingrédients nécessaires. Par exemple, nous avons besoin de 1/5kg de lentilles, 3 carottes, 6 rondelles de chorizo... Nous devons couper les légumes en 5 morceaux, etc…
  • Jouer avec la montre/ l'horloge

    : Demander à l'enfant de vous appeler à une heure précise et félicitez-le une fois qu'il l'aura fait, en lui disant au combien vous êtes fier de lui.
  • Aller au supermarché

    : Demandez-lui de vous aider à faire les courses, vous pouvez vous amuser à compter le nombre de choses que vous devez acheter, identifier les produits d'un rayon et lui demander de les placer dans le chariot.
  • Consulter avec lui le prix des produits

    : Si l'on veut faire des économies, quels yaourts doit-on acheter? Ceux qui coûtent 1.00€ ou ceux à 1.30€? Remerciez-le de vous avoir aider.
  • Jouer aux petits tas

    : Faites des tas de pierres, de légumes ou de pièces et faites-lui deviner quel est le tas qui contient le plus et le moins d'éléments. Vous pouvez aussi lui faire deviner combien de pierres il y a dans le tas. Vous pouvez jouer ensemble : le gagnant est celui qui est le plus proche du résultat.
  • Jouer à compter

    : Compter, par exemple, toutes les voitures rouges ou toutes les personnes avec des chausssures blanches que vous voyez, compter les marches des escaliers que vous montez tous les jours, etc…
  • Trouver des numéros

    : Quand vous vous promenez, vous pouvez demander à votre enfant de chercher des numéros, par exemple, le numéro "7", en regardant le numéro des immeubles, des maisons, des plaques de matriculation, etc.
  • Jouer à mémoriser un numéro de téléphone

    : Lorsque vous devez appeler quelqu'un, demandez-lui de se rappeler des trois premiers chiffres et chargez-vous du reste des numéros.
  • Répartir des quantités

    : Si nous sommes 4, comment pouvons-nous couper un gâteau en morceaux identiques?
  • Jouer à mettre la table

    : Répartir les assiettes, les couverts, les verres, les serviettes et le pain...Il est important qu'il comprenne que chacun doit en avoir un de chaque
  • Jouer avec CogniFit

    : C'est une très bonne stratégie pour stimuler ses zones cérébrales défaillantes sans même que l'enfant s'en rende compte. En même temps, il s'amuse!
  • Jeux de rôles

    : Imaginez que l'enfant est un vendeur. Demandez-lui de choisir dans la maison des objets qu'il devra vendre dans son "magasin", dites-lui de leur donner un prix et de leur mettre une étiquette. Faites-vous passez pour un client. Grâce à ce jeu, vous réviserez les quantités, ferez des additions, soustractions et pourrez même gérer de l'argent. C'est une manière divertissante de passer de bons moments en famille et d'apprendre en jouant.
Exercices pour la dyscalculie à faire en famille

La dyslexie et la dyscalculie présentent une grande comorbidité. Les deux troubles ont un caractère génétique et présentent des déficits cognitifs communs qui engendrent des problèmes pour apprendre à lire et l'arithmétique.

Références

Horowitz-T Kraus, Breznitz Z. - ¿Puede el mecanismo de detección de errores beneficiarse del entrenamiento de la memoria de trabajo? Una comparación entre los disléxicos y los sujetos de control - un estudio de ERP - PLoS ONE 2009; 4:7141

Peretz C, AD Korczyn, E Shatil, V Aharonson, Birnboim S, N. Giladi - Basado en un Programa Informático, Entrenamiento Cognitivo Personalizado versus Juegos de Ordenador Clásicos: Un Estudio Aleatorizado, Doble Ciego, Prospectivo de la Estimulación Cognitiva - Neuroepidemiología 2011; 36:91-9.

Thompson HJ, Demiris G, Rue T, Shatil E, Wilamowska K, Zaslavsky O, Reeder B. - Telemedicine Journal and E-health Date and Volume: 2011 Dec;17(10):794-800. Epub 2011 Oct 19.

Preiss M, Shatil E, Cermakova R, Cimermannova D, Flesher I (2013), el Entrenamiento Cognitivo Personalizado en el Trastorno Unipolar y Bipolar: un estudio del funcionamiento cognitivo. Frontiers in Human Neuroscience doi: 10.3389/fnhum.2013.00108.

Veuillez entrer votre adresse email